Après quelques jours d’accalmie sur le front de la lutte contre la propagation de la Covid-19, et à une semaine de la fin probable du délai de confinement, Tizi Ouzou vient de connaître un pic des contaminations qui suscite inquiétude et interrogations.
Pas moins de 21 personnes ont été testés positives à la PCR. C’est ce qui ressort du bilan quotidien du coronavirus, publié par la radio locale qui cite des sources hospitalières. A ce décompte, s’ajoute une douzaine de cas détectés parmi le personnel soignant du service des urgences de chirurgie du CHU Nédir de la ville des Genêts, contaminés par un citoyen de Ouaguenoun, venu pour une consultation, avons-nous appris d’une source hospitalière à Tizi Ouzou.
Contrairement aux décomptes des journées précédentes, tous les sujets dépistés positifs, suite à l’analyse des tests PCR effectuées par l’antenne du laboratoire de l’Institut Pasteur d’Algérie de l’université de Tizi Ouzou, ont été admis dans les structures hospitalières de la wilaya, CHU Nedir, EPH de Tigzirt et celui de Aïn El Hammam. Autre constat, sur les 21 personnes contaminées, au moins 2 groupes, respectivement de 6 et 4 sujets, sont issus de deux familles distinctes. En outre, il ressort à l’examen de la liste des personnes testées positives, que celles-ci sont en majorité jeunes et issues de différentes localités de la wilaya. Et compte tenu du protocole suivi pour le dépistage de tous ces cas (usage de la technique de la PCR), on est dans la configuration de sujets contacts asymptomatiques. Y a-t-il interaction entre les foyers qui viennent d’être détectés ou s’agit-il de cas importés, comme cela s’est produit lors du début de l’épidémie ? Des questions auxquelles répond pour Reporters le Dr Ahmed Djadjoua, chirurgien au CHU de Tizi Ouzou et membre du Poste de commandement opérationnel (PCO) mis en place par les autorités sanitaires de la wilaya (DSP). Interrogé par Reporters, ce médecin soutient que ce nouveau pic de contamination ne constitue nullement un danger sur la situation épidémiologique de la wilaya qui connaît une amélioration progressive depuis plus d’un mois. «On n’est pas dans la configuration d’une nouvelle flambée épidémique», dira ce médecin, qui se veut rassurant, contrairement aux propos alarmistes échangés par les internautes dans la soirée de dimanche suite à la publication des bilans. Voici ce qu’écrivait, le 27 mai dernier, le Dr A. Djadjoua, sur sa page facebook, à propos d’une situation similaire : «Après le redémarrage du laboratoire de Tizi Ouzou, il faut s’attendre à une recrudescence temporaire de cas positifs Covid-19». « Ces cas sont des sujets contacts asymptomatiques, confinés, testés, issus des mêmes foyers déjà existants, dans le cadre de l’opération initiée par le PCO à travers tout le territoire de la wilaya de Tizi Ouzou. Cette opération, poursuit-il, qui a débuté il y a 15 jours, consistait à tester par la PCR tous les sujets contacts des cas positifs toujours actifs. L’objectif de cette opération est d’identifier les sujets positifs asymptomatiques qui sont des vecteurs potentiels de la propagation du virus et de les soustraire de leur environnement afin d’interrompre la chaîne de transmission du virus autour des cas positifs actifs actuellement. Il s’agit de mettre une véritable barrière pour la circulation du virus», constate le Dr A. Djadjoua, qui attire l’attention sur le fait que «les derniers foyers déclarés (ce jour-là, ndlr) sont la conséquence de cas importés par des personnes travaillant ou résidant hors wilaya, ou rendant visite à leurs proches. De ce fait, il n’y a pas d’interaction visible entre ces foyers, le virus ne circule plus activement. Cependant, on n’appellera jamais assez à la vigilance et à l’observance des mesures sanitaires et de protection d’usage. L’épidémie n’est pas encore derrière nous». <