Le taux de remboursement au niveau de l’antenne de la Caisse nationale d’assurance chômage (Cnac) de la wilaya de Tizi-Ouzou est estimé à 80%, alors que le nombre de micro-entreprises financées en 2017 est de 136, a annoncé le directeur de ladite caisse, Hakim Ould Ali.

Ces PME/PMI créées par les porteurs de projets, âgés de 30 à 50 ans, ont généré la création de 400 postes d’emplois permanents, soit une moyenne de deux emplois par entreprise créée.
Notons que le nombre de dossiers déposés durant la même période est de 251. Faisant la comparaison par rapport aux années précédentes, Ould Ali a affirmé que ce nombre de dossiers a connu une baisse suite au gel de certaines activités, en l’occurrence le transport, les gâteaux traditionnels… Ainsi, il est à préciser que la politique d’austérité décidée par les pouvoirs publics a eu des conséquences négatives sur les dispositifs d’aide à l’emploi de jeunes toutes formes confondus (Cnac, Ansej, Andi). Pour preuve. Le nombre d’entreprises financées a nettement baissé en 2017 par rapport à 2016 durant laquelle il a été enregistré le financement de 484 entreprises. Ce qui représente une baisse de plus de 55%. Les responsables de la Cnac de la wilaya de Tizi-Ouzou s’engagent d’aller vers une micro-entreprise de qualité. « Aujourd’hui, nous exigeons un diplôme aux jeunes désirant créer leur micro-entreprise dans le cadre de la Cnac pour aller vers une entreprise de qualité. Il faut savoir que ces activités ont été gelées pour une simple raison, ce sont des créneaux saturés et n’ont aucune valeur ajoutée pour l’économie nationale ». Il a indiqué que sur plus de 9 000 PME-PMI qui ont été financées par la Cnac depuis la création de ce dispositif d’aide au chômage, il y a une centaine d’entre elles qui ont été indemnisées par le Fond de garantie et qui ont fait face à des difficultés de remboursement. «Nous favorisons le précontentieux pour les jeunes qui sont en difficulté pour honorer leurs crédits. Lorsque nous constatons qu’il y a une possibilité d’aider ce jeune porteur de projet, nous faisons recours à un décalage dans le calendrier de remboursement au lieu de le présenter en justice ». Tout en affirmant que les portes de la Cnac sont ouvertes pour accompagner les jeunes qui ont des difficultés pour honorer leurs crédits et encourager l’entrepreneuriat dans la région. D’ailleurs des cycles de formation sont organisés périodiquement au profit des jeunes porteurs de projets dans le cadre de la Cnac afin de leur permettre d’avoir une idée sur la gestion efficiente de leur micro-entreprise et éviter leur mortalité. En outre, des mesures portant des facilitations du traitement des dossiers de porteurs de projets ont été menées par l’antenne de la Cnac de la wilaya de Tizi-Ouzou. Quant à la répartition de ces micro-entreprises par secteurs d’activités, l’agriculture, l’industrie, la pêche et le bâtiment (BTPH) sont les secteurs les plus avantagés depuis 2015 à ce jour. «Nous encourageons les jeunes qui ont l’intention d’investir dans ces domaines créateurs de richesses pour l’économie nationale et qui contribuent à l’absorbation du chômage ».