Chaque jour, quatre-vingt malades effectuent
la radiothérapie au niveau du Centre anticancer de Draâ-Ben-Khedda (DBK) depuis sa mise en service le 29 janvier dernier à ce jour, ce qui représente 60% de la capacité globale du CAC qui est de 150 malades par jour, a déclaré
Farid Salmi, chef de service au niveau du CAC.

En matière de consultations, 500 malades ont été examinés, alors que ce nombre sera revu à la hausse, notamment suite à la décision prise par le ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière portant l’affectation d’une dizaine de radiothérapeutes et la mobilisation de 08 à 10 manipulateurs en imagerie médicale. « Ce renforcement de la ressource humaine nous permettra d’atteindre une vitesse de croisière du fonctionnement du Centre et la prise en charge de tous les malades nécessitant une prise en charge en termes de radiothérapie et comme ça, il n’y aura plus de prise de rendez-vous ou temps d’attente pour leur prise en charge. Autrement dit, il y aura une prise en charge instantanée des malades », a-t-il informé. A préciser que le service de chimiothérapie sera ouvert dans les prochains jours, alors que les services de radiothérapie seront mis en service en totalité pour répondre à l’affluence des malades. « La DSP a procédé au recrutement de médecins spécialisés en radiothérapie qui sont au nombre de 05 et à la formation des paramédicaux et des infirmiers en imagerie médicale. Une démarche qui a été inspirée par une mise en service graduelle. Mais ce nombre revu à la hausse pour une prise en charge totale des malades». Interrogé sur l’état des lieux de l’avancement des travaux de réalisation de l’hôpital de 60 lits de Bouzeguène et Aïn-El-Hammam qui sont d’une capacité d’accueil de 60 lits, Dr. Farid Salmi a fait savoir qu’après l’accord du Premier ministre, les projets ont été confiés au groupe Cosider Construction et ils viennent de recevoir le visa du contrôleur financier qui est sous l’autorité du wali. « L’ODS de notification des deux marchés ont été remis officiellement, la semaine écoulée, à l’entreprise réalisatrice qui est installée et a entamé les travaux de réalisation ». S’agissant de l’hôpital de Maâtkas d’une capacité de 60 lits, le même chef de service a précisé que les études ont été faites, seulement le projet n’a pas été lancé car la cagnotte est insuffisante par rapport à l’envergure du projet. La DSP a initié une démarche, rajoute-t-il, auprès du ministère des Finances pour la réévaluation qui a été accordée et le projet a été lancé. « Le cahier des charges portant la réalisation du projet a été déjà élaboré et nous allons le déposer cette semaine auprès de la commission sectorielle des marchés pour lancer le projet en phase de réalisation », a-t-il conclut. n