napec

Dans une conférence de presse, organisée mercredi dernier pour présenter le bilan de l’année 2019 des activités opérationnelles des différents services de police de la wilaya, le chef de Sûreté de wilaya a avancé des chiffres qui lui permettent de parler d’une situation plutôt maîtrisée sur le plan de la sécurité générale.

Seule ombre au tableau d’une année, que Madjid Aknouche qualifie de « globalement calme », l’insécurité qui prévaut sur les routes du fait de la tendance haussière des accidents enregistrés avec 427 accidents ayant engendré 516 blessés et 10 décès. Des chiffres en nette augmentation par rapport à l’année 2018 durant laquelle ont été enregistrés 340 sinistres qui ont causé 411 blessés et une dizaine de morts. Et les actions de prévention et de coercition n’ont pas pu freiner cette courbe montante des drames de la circulation routière dont la survenue, indique-t-on, est imputable dans une large proportion au facteur humain. Et souvent aussi à l’imprévoyance des piétons impliqués pour un taux de 50% en milieu urbain. Sur le plan coercitif, on totalise un nombre important de sanctions pour des infractions au code de la route. Un total de 2 188 délits a été enregistrés dont 548 concernent les propriétaires de deux roues. 3 092 permis de conduire ont été retirés. Mettant principalement en cause l’excès de vitesse et le non-respect du code de la route dans la survenue de ces accidents, le chef de Sûreté et le commissaire divisionnaire en charge du service de la sécurité routière n’ont pas manqué de pointer du doigt le défaut de signalisation routière. Interpelé au sujet du phénomène des parkings sauvages, Madjid Aknouche fait état du recensement de 70 parkings. Une cinquantaine de dossiers judiciaires ont été instruits à l’encontre des exploitants de ces aires de stationnement non autorisées. Pour mettre fin à ce phénomène qui cause du tort aux citoyens mais aussi à la circulation routière, le premier policier de la wilaya fait état de propositions faites par ses services aux pouvoirs publics concernés pour la création de 15 parkings réglementés. Et de déplorer l’absence de réponse 14 mois après, de la part des institutions concernées. Idem pour le plan de circulation de la ville chef-lieu de wilaya qui est toujours à l’étude et dont la mise en place a fait l’objet de plusieurs annonces sans qu’il y ait de concrétisation sur le terrain.

Saisie de plus de 28 quintaux de viandes avariées
Une quantité de plus de 28 quintaux de viandes rouge et blanche avariées a été saisie par la police dans un entrepôt au centre-ville de Tizi Ouzou, a-t-on indiqué jeudi dans un communiqué émanant de la Sûreté de wilaya. Alerté par une odeur nauséabonde qui se dégageait d’un entrepôt, sis au centre-ville de Tizi Ouzou, les services de la 4ème sûreté urbaine et les éléments de la brigade de police de l’urbanisme et de protection de l’environnement de la Sûreté de wilaya se sont rendus sur les lieux pour une opération de contrôle, où ils ont découvert l’endroit où était stockée la viande avariée. Le vétérinaire du service hygiène et santé de la commune de Tizi Ouzou qui a contrôlé la «marchandise», appartenant à un boucher (âgé de 32 ans) originaire de la ville des Genêts, l’a déclaré impropre à la consommation, a-t-on ajouté de même source sécuritaire. Ces viandes qui étaient destinées à la commercialisation ont été saisies et détruites et une procédure judiciaire a été engagée à l’encontre du propriétaire de l’entrepôt, a-t-on indiqué.