Le directeur du cadastre de la wilaya de Tizi Ouzou, Ahmed Hamdaoui, a estimé que le taux de la superficie cadastrée au niveau des 67 communes de la région est de seulement 34%.

Ainsi, il a précisé que vingt ans après le lancement de l’opération de cadastre, seulement 24 communes rurales sont touchées par ces opérations et 8 agglomérations urbaines.
«66% des communes ne sont pas cadastrées», a-t-il annoncé.

Le premier responsable du cadastre a justifié ce retard cumulé dans l’avancement de cette opération du cadastre, essentiellement par l’absence de titre de propriété, à la micropropriété dans plusieurs zones montagneuses, mais aussi au manque de personnel qualifié dans ce domaine. «Le nombre de personnel est faible par rapport à la superficie cadastrée de la wilaya. » A cet effet, il a affirmé qu’un plan d’opération a été établi par la Direction générale du cadastre en faveur de la wilaya. « La DG est en train de redéployer l’effectif des autres wilayas au niveau de notre région. Une décision qui a été prise suite au départ massif à la retraite de notre personnel qui constitue une véritable saignée pour le secteur. Pour preuve, nous avons seulement une dizaine de techniciens », a-t-il dit. Dans le même ordre d’idées, il a affirmé que les opérations du cadastre de la wilaya de Boumerdès sont effectuées au niveau de la commune de Yakouren, alors que ceux de la wilaya d’Alger sont actuellement au niveau de la commune de Tizi Rached.
D’après lui, les missions du cadastre ne s’articulent pas seulement dans la mise à jour de la documentation cadastrale, mais aussi la délivrance de différents extraits du notaire aux propriétaires, aux géomètres et aux usagers. « Nous sommes l’état civil de la propriété. Mais nous faisons face à certaines lacunes liées aux litiges qui opposent les propriétaires à cause de la non-existence d’acte de propriété.
Mais je rassure, ajoute-t-il, nous sommes en train de travailler en étroite collaboration avec les présidents des différentes Assemblées populaires communales qui nous aidernt à faire face à ces contraintes ».
S’agissant des procédures prises par le cadastre au niveau des zones inconnues, où les propriétaires sont absents. Hamdaoui a indiqué que des procédures de régularisation sont de mise même après la remise des documents aux différentes conservations foncières afin de régulariser la situation de ces propriétaires et leur permettre d’obtenir le livret foncier. Une procédure qui entre dans le cadre de la mise à jour de la documentation cadastrale, a-t-il expliqué. Questionné sur les contraintes rencontrées par les bénéficiaires de l’habitat rural, notamment celles liée à la délivrance du livret foncier au niveau des zones cadastrées, le directeur du cadastre a précisé que des procédures d’allègement sont envisagées dans ce sens, comme ce fut le cas dans la wilaya de Boumerdès. « Je dirais que toutes les aides destinées à l’habitat rural ont été consommées et aucun problème n’a été posé au niveau du cadastre ». Le même responsable a tenu à sensibiliser les citoyens à contribuer favorablement et faciliter le travail au personnel du cadastre qui se déplace au niveau de leur commune.