L’Agence nationale de l’emploi (Anem) de Tizi Ouzou a effectué 15 360 placements dans le cadre du marché classique de l’emploi sous contrat à durée déterminée (CDD) ou indéterminée (CDI) durant la période allant du 1er janvier au 31 décembre 2016 contre 13 050 en 2015, soit une hausse de 17%, a annoncé le directeur local de l’Anem, Yacine Tizerarine.

« Je dirais que ce chiffre record est le fruit de tous les efforts consentis par notre personnel qui travaille d’arrache-pied pour améliorer la qualité du service «, a-t-il indiqué. Tout en promettant que leur objectif est d’augmenter le nombre de placements durant cette nouvelle année. S’agissant du nombre de demandeurs d’emploi qui se sont inscrits à leur niveau, M. Tizerarine a précisé qu’il a connu une légère baisse puisqu’il est passé de 61 368 cette année contre 62 144 en 2015. Il a affirmé que cette baisse est due à la mise en place d’un système d’information numérisé au niveau de leur agence qui a leur a permis d’éviter les doubles emplois. « Aujourd’hui, un jeune demandeur d’emploi qui s’est inscrit au niveau de l’agence de Ouacifs ne peut pas refaire la même opération dans une autre agence «, a-t-il précisé. Selon le premier responsable local de l’Anem plus de 80% des offres d’emploi sont assurés par les entreprises relevant du secteur privé. Sur 15 560 placements effectués, il y a 12 182 qui sont assurés par le secteur privé national, 1 118 dans le privé étranger. Quant au nombre d’offres d’emploi assurées par le secteur économique public, il l’a estimé à 2 900, ce qui représente un taux de 13%. « Il y a eu des recrutements dans les différents secteurs d’activités, BTPH, industrie, agriculture et services «. Dans le même ordre d’idées, M. Tizerarine a souligné que son agence travaille en étroite collaboration avec les entreprises publiques et privées pour embaucher les demandeurs d’emploi. « Le nombre de postes d’emploi qui ont été assurés par notre agence est de 19 277, soit une hausse de plus de 12% par rapport à 2015. Tizerarine a mis en exergue l’importance du Dispositif d’aide à l’insertion professionnelle (DAIP) dans la régularisation du marché de l’emploi. « Face à la forte demande d’emploi, le gouvernement intervient à travers la mise en place de ce dispositif qui, en premier lieu, absorbe le chômage et permet de donner à ces jeunes un savoir-faire et des qualifications en les intégrant dans une entreprise et par la suite à décrocher un poste de travail permanent au sein de cette entreprise. « Par ailleurs, et se référant aux chiffres, le directeur de l’Anem de Tizi Ouzou a indiqué que le nombre de jeunes diplômés insérés dans le cadre du Contrat de travail aidé (CTA) est de 2 449. Ce qui représente un pourcentage de 97% de leurs objectifs. 3 227 primo-demandeurs d’emploi ont été placés dans le cadre du DAIP. En réponse à l’interrogation si ces jeunes recrutés dans le cadre du CTA peuvent décrocher un poste de travail permanent, le même responsable a déclaré : « La quasi-totalité de ces jeunes sont titularisés trois ans après l’expiration de leur contrat «. Aussi, poursuit-il, ce contrat permet à ces jeunes de bénéficier d’une affiliation à la Sécurité sociale et des droits à la retraite en tant que salarié à part entière. Le directeur de l’Agence locale de l’emploi a rassuré que toutes les mesures ont été prises par leur agence pour assurer de meilleures prestations d’accueil aux postulants et surtout de leur faciliter l’opération d’orientation pour décrocher un travail. D’ailleurs, un service d’accompagnement de ces jeunes demandeurs a été mis en place pour la rédaction d’un curriculum vitae et une lettre de motivation ainsi que les techniques d’un entretien d’embauche. « Nous organisons des ateliers de formation au niveau des dix agences locales pour accompagner ces jeunes «.