Neuf localités de la wilaya de Tizi-Ouzou sont concernées par la suspension de l’eau potable durant la journée de samedi et d’aujourd’hui, selon les responsables de l’agence de l’Algérienne des eaux (ADE) de la wilaya de Tizi-Ouzou.

Cette perturbation est due à des travaux de raccordement programmés par l’Agence pour la réhabilitation de la conduite d’eau reliant le barrage de Taksebt vers la commune d’Azazga. « Nous avons constaté des anomalies au niveau de cette conduite d’eau, ce qui nécessite sa réhabilitation. Cette suspension débutera à partir de 17 heures 1er septembre (hier ndlr) jusqu’à 20 heures le lendemain dimanche », a affirmé Farida Akmouche, chargée de communication au niveau de l’ADE. Pour ce qui est des communes concernées, il s’agit de Fréha, Azazga, Timizart, Souamaâ, Aït Khelili, Tizi-Rached, Aït Oumalou, Mekla et Larbaâ N’Ath-Irathen. « Nous lançons un appel au profit des populations de ces communes de s’approvisionner pour éviter toute éventuelle pénurie en matière de cette ressource vitale », a-telle insisté.

Vétusté du réseau AEP à Ath-Wezguen

Dans le même volet relatif au développement du secteur de l’hydraulique dans la capitale de Djurdjura, beaucoup reste à faire pour satisfaire la demande de la population en matière d’alimentation en eau potable (AEP) qui constitue le point noir de la région. En effet, malgré les promesses faites par les pouvoirs publics, visant l’amélioration de l’alimentation en eau potable au profit des populations des 49 localités déficitaires en matière hydrique, ce calvaire quotidien persiste au grand malheur des habitants. C’est le cas à Ath Wezguen, dans la commune de Bouzeguène, où ces derniers ont, à plusieurs reprises, pris leur mal patience, mais ont décidé cette fois de battre le pavé et d’exprimer leur mécontentement quant à la rupture de l’AEP qu’ils endurent ces derniers jours. Un véritable cri de détresse a été lancé par le comité de village de Ath Wezguen qui craint la propagation des maladies de transmission hydrique (MTH). D’après les protestataires, cette situation est due à la vétusté des réseaux, que ce soit celui de l’AEP qui remontent aux années 80 ou celui d’assainissement mis en place dans les années 70. « Nous avons sollicité à plusieurs reprises les autorités locales sur la nécessité du revêtement du réseau d’alimentation pour améliorer l’approvisionnement de cette source vitale. Nous avons constaté qu’il n’y a pas une bonne volonté de la part des autorités locales pour prendre en main ce projet d’intérêt public », dira un autre villageois. Ce laisser-aller, enchaîne-t-il, est à l’origine du pourrissement de cette situation qui risque de porter préjudice à la santé publique. Devant une telle situation, le comité de village d’Ath Wezguen appelle les autorités locales concernées, en l’occurrence l’ADE et la direction de l’hydraulique, d’intervenir dans les plus brefs délais en procédant à la mise en place d’une nouvelle conduite d’eau potable et du réseau d’assainissement. n