Un couloir de 8 km de la voie express Cherchell-Damous sera ouvert avant la saison estivale afin de réduire la pression sur la RN 11 et faciliter la vie aux citoyens empruntant ce tronçon devenu un calvaire toute l’année.

Le wali de Tipasa, Ghellai Moussa, a visité le chantier dans la daïra de Cherchell pour la seconde fois, dont la première a eu lieu dès son installation à la tête de la wilaya, où il a exhorté les responsables et les entreprises chargées du projet d’accélérer la cadence des travaux de réalisation du tronçon de 17 km de la voie express Cherchell-Sidi Ghilès. Le couloir de 8 km est achevé, mais reste à procéder au goudronnage du tronçon afin de le rendre carrossable et assurer le contournement de la ville de Cherchell. Cela ne manquera pas d’apporter un grand soulagement aux usagers de cette route marquée par de nombreux bouchons quelle que soit la saison et toute la semaine, au grand dam des habitants de la partie Ouest de la wilaya.
Le chantier, lancé en 2014, qui a atteint un taux d’avancement de 45%, va être redynamisé à la faveur de la prise de certaines mesures lors de la visite du site dont celle de l’évacuation de 17 familles dont les habitations se trouvent aux abords du couloir malgré toutes les dispositions prises pour régler le problème. De leur côté, les entreprises réalisatrices de ce projet de continuation de la voie expresse Bou Ismaïl-Tipasa-Cherchell et plus tard, jusqu’à Damous, se sont engagées, au cours de la visite, à livrer durant le premier semestre 2017 un premier tronçon de 8 km, englobant un ouvrage d’art de 850 m de long et 85 m de hauteur. Il faut signaler que l’étude initiale du projet avait été, plusieurs fois, modifiée en raison des contraintes de terrain, d’implantation du projet qui se trouve dans une zone montagneuse et qui a proposé plusieurs options avant de retenir celle qui coûte le moins cher.
L’ouverture provisoire du couloir de 8 km, en partie terrassé, va permettre le contournement de la ville de Cherchell par le sud et mettre fin à l’engorgement de la RN 11, en particulier durant la saison estivale. Une solution promise plusieurs fois par les responsables du secteur qui avaient sous-estimé la difficulté et l’impraticabilité de la zone. En plus du relief difficile d’accès, un autre facteur et non des moindres a, quelque peu, entravé le déroulement des travaux avec l’annonce de la crise économique qui a pointé son nez remettant en question une partie ou gelant quelques projets du programme de développement local.
La première section, un couloir d’une longueur de 8,5 km, sera livrée en 2017 pour permettre aux automobilistes de se rendre à Cherchell par le sud et éviter le bouchon infernal de 5 km de la RN 11 qui les oblige à traverser le centre-ville avec de gros bouchons entretenus par l’incivisme des citoyens et le laxisme des services de police qui se sont montrés incapables de juguler le flot de véhicules en partance vers la partie ouest de la wilaya.
Le marché de ce projet est d’un montant qui avoisine les 200 millions de dinars qui permettront de réaliser un linéaire de 17 km jusqu’à la sortie Ouest de la ville de Sidi Ghilès, d’un tunnel de 325 ml, un viaduc de 1 400 ml et 4 autres viaducs dont les longueurs varient entre 200 et 300 ml. Le lancement de ce projet, très attendu par les citoyens, qui vivent le calvaire avec les problèmes d’engorgement de la RN11, seule voie pour d’accès à la ville ainsi qu’à toute la partie Ouest de la wilaya, s’inscrivent dans la continuité de la voie express Alger/Tipasa. Elle se poursuivra jusqu’à Sidi Ghilès dans un premier temps, avant d’atteindre la frontière de Damous, à la limite de Chlef. Prévu pour un délai de 24 mois, le projet a été confié de gré à gré à des entreprises de renom qui doivent veiller à réduire ce délai. En plus de l’apport aux populations vivant dans la région, aux estivants qui déferlent par millions en été, au secteur touristique, le projet sera d’un grand intérêt pour les ports de la wilaya et surtout au port commercial d’El Hamdania qui seront reliés à la voie express facilitant ainsi le trafic routier et le transport des marchandises.
Les travaux de terrassement avaient prévu l’enlèvement de 10 400 000 m3 de terre ont indiqué, lors de la présentation du projet, les représentants des groupements d’entreprises, CSCEC-Chine, Sapta-Algérie et EVSM-Alger, chargées de la réalisation qui font l’objet d’un suivi par trois bureaux d’études, à savoir Saeti, Coba et LTCP.
Le projet va desservir la zone de l’Académie militaire, mettre en valeur les zones intérieures de la wilaya, renforcer l’activité touristique dans la partie Ouest de la région tout en assurant la continuité de la Rocade sud d’Alger vers Tipasa et la wilaya de Chlef. Les pouvoirs publics et les responsables du secteur des travaux publics avaient annoncé, au moment du lancement du projet, que le chantier sera ouvert aux étudiants et servira d’école aux spécialistes dans le domaine qui pourront s’enquérir des techniques utilisées pour sa réalisation. « C’est la première fois que nous assistons dans la wilaya à la construction d’un tunnel et des viaducs au milieu d’un terrain accidenté et de montagnes abruptes », selon les propos du DTP.