L’Entreprise de gestion touristique de Tipasa (EGTT) a un nouveau directeur général, Kelkoul Yahia, installé la semaine dernière en remplacement d’Ouyahia Hamou, un professionnel du secteur qui a fait valoir ses droits à la retraite.

Avant son installation à Tipasa, le nouveau directeur général était responsable à l’université de Sidi Bel Abbès et aurait même été à la tête du Centre des œuvres universitaires et scolaires (Cous).
Comme ses prédécesseurs, le nouveau directeur général aura fort à faire pour redresser la situation et faire redémarrer, selon les normes professionnelles en vigueur, les trois unités de l’entreprise, Tipasa Matarès, Tipasa Village et la Corne d’or, autrefois fleurons du secteur touristique. La décennie noire n’est pas étrangère à la dégradation de la situation dans les trois unités. La baisse de la demande a été accentuée par une gestion approximative de l’entreprise et surtout un laisser aller de l’ensemble du personnel, encouragé par un syndicat qui fait la pluie et le beau temps.
L’Entreprise a connu une descente aux enfers avec des déficits et des manques à gagner qui ont failli l’emporter malgré les nombreuses tentatives de redresser la barre, ce qui n’a pas été une mince affaire, excepté durant les deux mois d’été où elle arrivait à faire entrer de l’argent dans ses caisses. Les difficultés financières, accentuées par la présence d’un personnel non qualifié et qui de surcroît a essayé d’imposer sa loi à travers son syndicat maison, ont été pour beaucoup dans la dégradation de la situation. L’EGGT Tipasa regroupe les complexes Tipasa-Matarès 1200 lits, Tipasa-Village (ex-CET), d’une capacité d’accueil de 1 000 lits, et Tipasa Corne d’or, composé de 100 bungalows.
Un plan de modernisation des trois unités a été lancé mais la conjoncture économique du pays a fait revoir à la baisse les ambitions des responsables qui se contenteront de faire un lifting des structures.
Au niveau de Tipasa Village, dont les travaux ont été confiés à une entreprise portugaise, les travaux ont atteint 80% des 178 bungalows (73 F2, 47 F4, 44 F3 et 14 F1). Il reste les travaux d’aménagement extérieurs. Les villas des trois autres zones sont au stade de la pose de carrelage et autres travaux d’enduit intérieurs et extérieurs ainsi que ceux de l’assainissement qui ont été complètement repris. Les travaux de réhabilitation et de modernisation du complexe Tipasa Village, qui ont débuté en septembre 2015, ont connu un glissement sur les délais étant donné l’ampleur de la tâche qui concerne une superficie de 19 ha. L’entreprise portugaise a été sommée de livrer le projet en février prochain et pour compenser son retard elle doit prendre en charge tout l’équipement des villas.
Les dernières nominations dans le secteur du tourisme et autres mesures de fin de fonction, signifiées aux directeurs généraux des Entreprises de gestion touristique (EGT) appartenant au groupe Hôtellerie, Tourisme et Thermalisme (HTT), n’ont pas manqué de susciter de nombreuses interrogations quant à leur efficacité, quand on connaît l’état de ces entreprises. D’aucuns iront jusqu’à suggérer que celles-ci faciliteraient, peut-être, l’opération de privation prévue dans le cadre du Partenariat Public-Privé (PPP).