La wilaya de Tipasa attend toujours la nomination du nouveau directeur de la santé, depuis le départ il y a plus de cinq mois, d’Amrani Toufik Merouane Djassim promu directeur central de la formation au ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière. Ce dernier a été installé dans son nouveau poste, récemment, après une longue période de tergiversations, alors que de nombreux cadres du secteur dans la wilaya de Tipasa pensaient que sa promotion était compromise. Bien que le décret relatif à sa promotion ait été, aussitôt, publié, son installation officielle aurait été retardée par l’ex-ministre Miraoui Mohamed, un camarade de classe, de peur des réactions hostiles des cadres du secteur. Le départ de l’ex-DSP de la wilaya de Tipasa avait été accueilli avec soulagement par de nombreux médecins, en particulier les spécialistes, qui étaient très nombreux à avoir déserté les lieux en raison des « mauvaises relations » avec ce responsable du secteur et sont, depuis, revenus en force. Depuis l’annonce de son installation, les langues se sont de nouveau déliées pour dénoncer sa « gestion opaque » du dossier des officines en donnant l’agrément d’ouverture à plusieurs pharmaciens nouvellement diplômés des wilayas de Guelma et d’Annaba. Une enquête aurait été demandée par l’inspection générale du ministère mais aucune suite n’a été donnée. La rumeur publique avait annoncé son remplacement par Hachemi Chaouch, un enfant du secteur, très apprécié dans la wilaya où il avait exercé comme directeur à l’hôpital de Koléa, puis à Kouba, au CHU Mustapha Pacha, Beni Messous avant d’être nommé directeur central au ministère du Travail et la Sécurité sociale. Rappelons que l’ex-responsable avait été à l’origine du départ de plus de 80 médecins spécialistes, exaspérés par les mauvaises relations de travail avec le responsable de la santé, alors que les responsables de la wilaya avaient tout fait pour attirer les médecins spécialistes allant même jusqu’à mettre à leur disposition des logements des différentes formules, pour les fixer et empêcher leur départ vers d’autres wilayas. Cette saignée de médecins spécialistes qui ont quitté le secteur public ou, carrément, la wilaya de Tipasa, a été suivie par le départ de plus de 20 spécialistes qui se sont installés à titre privé (gynécologue, chirurgien infantile, chirurgien viscéral, chirurgien, orthopédiste, rhumatologue, cardiologue, urologue et dermatologue…) surtout à Hadjout.
Il faut rappeler que cet ex-DSP s’était porté candidat sur la liste FLN, aux dernières élections législatives dans la wilaya d’Annaba, dans son fief natal, sans obtenir de poste. L’annonce de la nouvelle avait suscité, en son temps, des commentaires. Depuis son départ, la gestion de la DSP de Tipasa est confiée à la directrice des ressources humaines. En tout état de cause, le nouveau directeur central de la formation a rejoint l’équipe du ministre Abderrahmane Benbouzid, qui a, également, nommé Djaouida Akkaba au poste de conseillère chargée de l’information, Nabila Ayadi au poste de directrice adjointe de la pharmacie hospitalière, Youcef El Aïd comme directeur adjoint des programmes de vaccinations, Boualem Cherchali au poste de directeur adjoint des urgences, Rachida Oussedik au poste de directrice adjointe des activités techniques à la direction de la Pharmacie. n