Plus de 31 000 personnes analphabètes de la wilaya de Tipasa ont obtenu leurs diplômes en 2016, selon les statistiques de l’Office national de lutte contre l’analphabétisme et d’enseignement des adultes (ONLCA).


L’ONLCA, qui a ouvert hier matin, dans la salle de conférences de la wilaya, une journée d’information organisée en marge de la célébration de la journée nationale arabe de lutte contre l’analphabétisme, compte ouvrir prochainement des centres spécialisés pour la formation de la femme et de la jeune fille.
Cette rencontre, organisée pour la deuxième année consécutive à Tipasa, a permis de se rendre compte de l’engouement, des femmes surtout, pour l’alphabétisation perçu à travers les statiques de l’ONS qui signale que le taux d’analphabétisme qui était de 34,74 % en 1998 a connu une baisse constante jusqu’à atteindre 22,30% en 2008 puis 12,20 % en 2006. Dans la wilaya de Tipasa, le nombre d’inscrits durant l’année 20016 est de 9736 apprenants dont 9282 femmes qui bénéficient également de formation dans les métiers artisanaux leur permettant de s’engager dans une activité commerciale pour subvenir à leurs besoins ou ceux de leurs familles. L’office projette d’ouvrir cette année trois centres dédiés spécialement aux femmes et aux jeunes filles, dont un à Damous pour couvrir la partie ouest de la wilaya, un second à Ahmer El Ain et enfin un troisième soit à Koléa soit à Douaouda. L’expérience du premier centre dédié aux femmes, qui a été ouvert en 2009 dans la wilaya de Djelfa en collaboration avec l’Unicef, le ministère de la Solidarité et celui de l’Education nationale, a été très concluante d’où l’idée de la généraliser selon les disponibilités de locaux. Selon la responsable chargée de la communication Affane Fatma Zohra, ces centres seront dotés d’une formation à la carte sur place, d’une crèche pour les enfants des femmes apprenantes, d’un bureau de l’Angem pour les inciter à déposer des dossiers pour lancer une activité leur permettant d’être autonomes financièrement.n