La Direction de la santé de la wilaya de Tipasa va ouvrir un laboratoire de dépistage du Covid-19 pour assurer la prise en charge locale de 80 tests par jour, effectués, jusque-là, au niveau de l’Institut Pasteur d’Alger.


La directrice par intérim de la santé, de la population et de la réforme hospitalière, qui l’a annoncé sur les ondes de la radio locale, a indiqué que l’appareil était déjà installé au niveau du laboratoire d’analyses de la wilaya. Dès la réception des réactifs de l’Institut Pasteur d’Alger (IPA), l’ouverture du laboratoire de dépistage du Covid-19 sera effective pour délivrer jusqu’à 80 résultats de tests par jour. L’ouverture de ce laboratoire de dépistage devrait, selon cette responsable réduire, d’une part, la pression qui s’exerce sur l’Institut Pasteur d’Alger et, d’autre part, réaliser localement un nombre plus important de tests et permettre, par conséquent, de dépister à temps les cas suspects et les prendre en charge pour des soins rapides.
La Direction de la santé annonce que 9 autres personnes, après les 3 cas enregistrés la semaine dernière, ont quitté hier l’hôpital de Tipasa après avoir vaincu le virus suite au traitement à la chloroquine, tandis qu’on déplore 14 décès et 69 personnes prises en charge, actuellement, dans les structures sanitaires dont 7 souffrent de difficultés respiratoires. La Direction de la santé, qui a refusé de donner les noms des communes de provenance des malades du Covid, pour éviter la stigmatisation des populations, a, toutefois, précisé que la majorité des cas provenaient de la partie est de la wilaya.
Pour mieux organiser la riposte contre le virus, on annonce l’ouverture d’une section Covid-19 au niveau de l’hôpital de neuro-chirurgie de Cherchell pour couvrir la partie ouest, afin de réduire la pression sur Tipasa et soulager les médecins au front depuis le début de l’épidémie. Les autorités de Tipasa ont décidé l’affectation d’un hôpital supplémentaire pour la prise en charge des cas confirmés de Covid-19, portant ainsi à quatre le nombre d’établissements affectés à la prise en charge des personnes atteintes par la maladie, Tipasa, Nador, Sidi Ghilès, Koléa et Cherchell. Selon la même source, des préparatifs sont en cours pour l’aménagement d’un service Covid-19 à l’hôpital de neurochirurgie de Cherchell, qui sera doté de lits de réanimation qui seront pris en charge par 7 médecins réanimateurs.
Le nombre de décès est passé à 14 des 69 malades hospitalisés à ce jour -soit un taux de décès supérieur à 21 %- selon les chiffres publiés le 11 avril 2020.
Les appels continuent en direction des citoyens à rester chez eux car le danger de cette épidémie réside dans la vitesse de sa propagation, horizontale et verticale, sans avertissement et dans un silence qui peut durer plus de 14 jours avant d’annoncer sa présence dans le corps humain, ne cessent de rappeler les responsables. La cellule de communication de la Sûreté de wilaya annonce qu’il a été mis à la fourrière 54 véhicules et 19 motocycles pour non-respect du couvre-feu qui débute à 15H jusqu’à 7H du matin, tandis que plus de 450 personnes ont été arrêtées pour non-respect des mesures de confinement et mise en danger de la vie d’autrui.
En matière de rumeur, certaines personnes n’hésitent pas à propager de fausses informations, ce qui a poussé le Procureur de la République près le Tribunal de Koléa à démentir, en début de semaine, celle relayée sur les réseaux sociaux faisant état du décès de 12 détenus à la prison de la ville à cause du coronavirus. «Suite à des informations relayées sur les réseaux sociaux, indiquant le décès de 12 détenus à la prison de Koléa, des suites de l’épidémie du Covid-19 et le refus du ministère de la Justice de remettre les dépouilles aux familles, nous tenons à informer l’opinion publique que ce qui a été publié est totalement infondé», a précisé, en effet, le communiqué du Procureur de la République. Notons que plusieurs personnalités sont détenues à la prison de Koléa, dont le journaliste Khaled Drareni et le coordinateur de l’UDS, Karim Tabbou. De nombreuses voix se sont prononcées pour que les détenus politiques et d’opinion soient relâchés pour libérer de l’espace dans la prison, afin d’endiguer la propagation du coronavirus, particulièrement depuis que l’ONU a appelé les gouvernements à vider les prisons.
Traque contre les fausses informations
En plus de l’arrestation des contrevenants à la règle sur le confinement et au couvre-feu, les services de police continuent de traquer les personnes malveillantes qui publient des vidéos mettant en cause les services sur le terrain comme cela a été le cas, cette semaine, de la personne qui a filmé la vidéo depuis le balcon de sa maison à Bou Ismaïl pour dénigrer les agents de police. Cette personne l’a envoyée à un de ses amis sur Messenger qui, de son côté, l’a postée… Ces deux personnes ont été présentées dimanche devant le Procureur de la République auprès du Tribunal de Tipasa pour des accusations d’offense et de diffamation présentant des publications nuisant à l’intérêt national». Cette vidéo diffusée a essayé de tromper l’opinion publique sur les scènes concernant l’utilisation de la force dans la mise en œuvre du couvre-feu.
Face à ces énergumènes, de nombreux citoyens continuent de donner l’exemple en portant secours à leurs compatriotes en ces moments difficiles. C’est le cas notamment de cette dame qui a fait don de son unique bague à l’association caritative Bel Ouel Ihsane de Douaouda pour venir en aide aux familles nécessiteuses.
Un geste touchant, qui a beaucoup été commenté au niveau des réseaux sociaux, en espérant que ce genre de comportement fasse tache d’huile en donnant du baume au cœur en ces temps difficiles.
De leur côté, les hommes de la mer ont lancé, en collaboration avec la direction de la pêche, une opération de soutien matériel aux familles des marins qui sont touchés par la crise économique provoquée par l’épidémie du covid-19, suite aux autres actions lancées, entre autres, par la conservation des forêts qui a porté aide aux familles démunies des zones montagneuses. n