Six chefs de Sûreté de daïra (sur les 10 que compte la wilaya de Tipasa) de Hadjout, Damous, Khemisti, Sidi Ghilès, Ahmer El Ain et Cherchell ont fait l’objet d’un mouvement, décidé par le chef de sureté de wilaya, le Commissaire Divisionnaire Rafik Terfas.

Les changements ont touché la Sûreté de daïra de Damous qui a, désormais, à sa tête Brairia Athmane qui occupait, auparavant, le poste de chef de la police judicaire à la Sûreté de wilaya, puis chef de la brigade volante judiciaire de Fouka. Par ailleurs, les autres changements ont touché les chefs de Sûreté de daïra de Khemisti et Sidi Ghilés, ainsi que le chef de sureté de daïra d’Ahmer El Aïn qui sera dirigée par Kirat. Salim Berai, quant à lui, est nommé à la tête de la sureté de daïra de Cherchell, tandis qu’Ahmed Ennach a été muté à Hadjout après avoir occupé le poste de chef de la police judicaire auparavant. Il faut rappeler que le nouveau chef de Sûreté de wilaya, le Commissaire divisionnaire Rafik Terfas a été installé dans ses fonction le 11 septembre 2019 par le directeur général de la Sûreté nationale Khelifa Ounissi. Depuis le départ de Djai Djai Salim, actuellement en détention provisoire sur décision du juge d’instruction du Tribunal de Boumerdes, le commissaire divisionnaire Belhamri Omar, ex-chef de Sûreté de la daïra de Hadjout, avait assuré l’intérim en remplacement du commissaire divisionnaire Arslan Driad, rappelé à Alger. L’ex-chef de Sûreté de wilaya Salim Djai Djai, auditionné dans le cadre de l’affaire de l’ex-directeur général de la Sûreté nationale, Abdelghani Hamel, est poursuivi pour «enrichissement illicite» et « abus de fonction ». Il était considéré comme étant l’un des hommes de confiance d’Abdelghani Hamel, limogé en juillet 2018 après l’éclatement de l’affaire des 701 kg de cocaïne. Cette série de mutations est perçue comme une volonté d’assurer un meilleur fonctionnement des services de la police locale en vue d’une bonne couverture sécuritaire du territoire de la wilaya. Selon les bilans de la police de Tipasa, la couverture sécuritaire s’est beaucoup améliorée dans la wilaya de Tipasa avec un ratio d’un agent de police pour 165 habitants (la moyenne nationale étant de 1 policier pour 350 habitants) et a été davantage consolidée et confortée avec l’inauguration de nouvelles infrastructures dont le nouveau siège de la direction de wilaya, une Sûreté urbaine à Messelmoune, une autre à Bou Ismaïl, une à Meurad et la délocalisation du siège de la BRI au chef-lieu de wilaya. Le plan stratégique d’intervention des unités de la police s’inscrit dans le cadre d’un programme d’occupation du terrain avec des équipes volantes et fixes qui est bien adapté à la caractéristique de la wilaya marquée, les week-ends, par une arrivée massive de visiteurs et, durant la période estivale, avec une population flottante de près de 2 millions de personnes.
Au sujet de la couverture du territoire de la wilaya, le plan de la DGSN a réalisé un maillage progressif du territoire de la wilaya, à raison d’une structure par commune au moins. Actuellement, les dix daïras sont bien couvertes. Il reste à renforcer les équipes dans les nouveaux pôles urbains qui sont, aussi, ciblés par la mise en place d’unités de sécurité. n