C’est un constat affligeant et implacable fait par le wali Moussa Ghellaï à propos de la gestion des communes de la wilaya de Tipasa exprimé lors du lancement de l’opération «une semaine de portes ouvertes sur la commune» commémorant le cinquantième anniversaire de la promulgation du code communal.

La rencontre, qui a eu lieu au siège de la wilaya en présence des 28 PAPC et des membres de l’exécutif, a été une occasion pour le chef de l’exécutif de rappeler les principales missions de service public de la collectivité de base et d’inciter les responsables, même à quelques mois de la fin de leur mandat, de faire preuve de bonne volonté en offrant un visage plus attractif et digne de la réputation de la wilaya et de leur commune et de satisfaire les demandes de citoyens en matière d’hygiène et de cadre de vie.
Le constat est affligeant en particulier au niveau du chef-lieu de wilaya marqué par un laisser-aller total ce qui poussera le chef de l’exécutif à demander au P/APC de démissionner et de laisser la gestion de la commune à la wilaya.
Excédé par le laisser-aller et l’indifférence des élus de la commune de Tipasa, le wali a exprimé sa colère sur un état des lieux indigne de la vitrine de la wilaya incitant les responsables à changer de secrétaire général et de personnel pour mieux maitriser la situation.
Il a appelé, à l’occasion de la fête de la commune qui se poursuivra jusqu’à jeudi prochain (journée au cours de laquelle seront honorés des anciens responsables de communes), les élus à lancer une opération d’embellissement et de pavoisement des abords et entrées des sièges des communes tout en offrant une panoplie d’informations aux citoyens sur les efforts de l’Etat en matière de modernisation de la gestion de l’administration locale, d’allégements des procédures administratives et de décentralisation des activités sans oublier les missions de base.
En plus de dépliants à distribuer aux citoyens, les élus ont été invités à créer un climat de fête pour célébrer les 50 ans de code communal promulgué en 1967 et qui a fait l’objet de révision en 2012.
Cette semaine de portes ouvertes sur la commune sera supervisée par l’inspection générale qui veillera à l’application de toutes les instructions données par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales (MICL).
Le wali a tenu à rappeler aux élus qu’ils doivent trouver de nouvelles ressources en exploitant des poches de terrain pour encourager l’investissement en précisant que l’enveloppe accordée dans le cadre des PCD a baissé de 50% par rapport à l’an dernier ce qui veut dire qu’il faut être ingénieux et imaginatif pour poursuivre les projets de développement local.
22 opérations ne sont toujours pas individualisées et qui risquent une annulation a averti le chef de l’exécutif qui a ajouté que certains projets de 2012 sont, encore, en cours ainsi que d’autres du programme 2014/2016 ce qui permettra de soulager les communes et prendre en charge certaines demandes citoyennes.
Ces dernières doivent veiller à arrêter leurs priorités, dès maintenant, en concertation avec les citoyens, qui doivent choisir entre les projets dédiés à la jeunesse parent pauvre du développement local et autres préoccupations liées aux aménagements des routes et du cadre de vie de manière générale.