Les assemblées élues aussi bien de wilaya que des 28 communes installées officiellement, avant-hier, par le wali de Tipasa, Moussa Ghelaï, au cours d’une cérémonie organisée dans la salle de conférences ont entamé hier matin leur première activité pour célébrer le 57e anniversaire des manifestations de décembre 1960 et sont désormais mises à l’épreuve du terrain.

Lors de l’installation officielle du président de l’APW, Kourad Rachid, un membre du FLN qui a été élu à l’écrasante majorité par ses pairs après un petit épisode de protestation des élus RND qui avaient boycotté le scrutin toute la journée avant de se raviser pour mieux négocier le partage des commissions, le wali a rappelé aux élus leurs engagements aux citoyens qu’il faut honorer en se mettant au travail tout de suite.
Votre tâche est noble, mais néanmoins difficile, indiquera le wali qui dit beaucoup compter et faire confiance aux nouveaux élus. Comme pour conjurer le sort, il ne manquera pas de prévenir les nouveaux élus et beaucoup d’anciens contre les tentations de défendre leurs intérêts propres en oubliant ceux des citoyens et des électeurs qui ont mis leur confiance en eux tout en insistant sur le respect des lois et de la réglementation en vigueur.
Après avoir donné quelques orientations et conseils aux élus, il qualifiera l’APW de main droite de l’exécutif qui soutient l’administration dans ses propositions de développement local qui, à travers le vote, accompagne l’exécutif dans la programmation, la planification et ses recommandations. Je serai à vos côtés pour peu que vous respectiez les lois, insistera encore le wali qui se dira intransigeant envers les contrevenants à la réglementation concernant la gestion des collectivités locales.
Beaucoup reste à faire, conclura-t-il, que ce soit en matière d’alimentation en eau potable, en assainissement, travaux routiers, électrification des villes et des zones rurales sans oublier les aménagements urbains grand point faible des collectivités locales les appelant à innover face au déficit en moyens financiers. L’Etat a prévu de doter les collectivités de moyens financiers en 2018, ajoutera le wali, sans préciser le montant, une annonce qui a soulagé les élus présents dans la salle qui savent que la tâche sera difficile en ces temps de vaches maigres.
Le P/APW Kourad Rachid (un professeur de l’université de Blida qui connaît un bout à la gestion locale puisqu’il a été à la tête de l’APC de Hadjout en 2006) répondra que l’assemblée sera aux côtés de l’administration et veillera à défendre trois principes cardinaux que sont la bonne moralité, la discipline et l’esprit de groupe éléments essentiels selon lui pour une bonne gouvernance.
Reste maintenant à vérifier les promesses et engagements de ces élus à l’épreuve du terrain et de la réalité quotidienne.