Un conseil de wilaya a été consacré hier, mercredi, au projet de port commercial du centre d’El Hamdania (Cherchell, wilaya de Tipasa) qui connaît une accélération de l’étude de faisabilité qui touche à sa fin.

Le projet du port Centre d’El Hamdania a, dernièrement, fait l’objet de discussions entre le ministère algérien des Transports et la partie chinoise dirigée par M. Jianhua qui ont émis le vœu que les deux parties continuent à multiplier leurs efforts pour permettre la mise en chantier du projet dans les meilleurs délais d’autant qu’une enveloppe de 150 milliards de dinars lui a été débloquée. Lors de sa rencontre avec la presse le 22 octobre dernier, le wali avait précisé que des experts en matière de bornage ont déjà identifié les surfaces concernées par l’expropriation ainsi qu’un fonds important est au niveau du Trésor public pour indemniser les personnes et financer les différentes opérations concernées par ce projet.
Le ministre des Travaux publics et des Transports, Abdelghani Zaâlane, avait annoncé, en effet, récemment qu’une enveloppe de 150 milliards de dinars a déjà été allouée au titre du projet de loi de Finances 2018 pour la réalisation de la première tranche de ce projet. Cette infrastructure portuaire, dont le coût a été estimé à 3,7 milliards de dollars, sera financée dans le cadre d’un crédit chinois à long terme. En vertu d’un protocole d’entente conclu en 2016, ce mégaport sera construit conjointement par une société de droit algérien composée du Groupe public des services portuaires et de deux entreprises chinoises à savoir CSCEC (China State Construction Corporation) et CHEC (China Harbour Engineering Company). Les délais prévisionnels de réalisation ont été évalués à 7 ans, mais les responsables du secteur n’excluent pas que celui-ci entrera, progressivement, en service dans les quatre 4 ans qui suivent le lancement des travaux et l’entreprise chinoise Shanghai Ports assurera son exploitation. Doté de 23 terminaux d’une capacité de traitement de près de 6,5 millions de containers/an, avec 25,7 millions de tonnes/an de marchandises, le port d’El Hamdania sera non seulement destiné au commerce national, mais aussi aux échanges à l’échelle régionale africaine. L’infrastructure sera implantée sur une superficie de plus de 1 000 hectares avec une zone logistique de 2 000 hectares, de 3 360 mètres linéaires de quai pouvant accueillir des navires de grande taille et 250 hectares pour la voie ferrée allant de Cherchell vers l’autoroute Est-Ouest et 200 hectares pour la seule zone portuaire. Cette réalisation, d’utilité publique, ne manquera pas toutefois de poser des problèmes aux responsables locaux qui devront déplacer des populations, les indemniser et veiller à ce que les terres agricoles ne soient pas bradées par les spéculateurs de tous bords qui se sont déjà mis à l’œuvre.