Bahloul M’hamed a été réinstallé dans son poste initial de Directeur général de l’Entreprise de gestion touristique de Tipasa (EGTT) par le conseil d’administration, libérant M. Aklouchi qui assurait l’intérim depuis plus de cinq mois.

La réhabilitation de M. Bahloul dans son poste n’est que justice, nous affirme-t-on, étant donné que la décision de sa suspension a été prise, l’été dernier, de manière «précipitée» par l’ex-ministre du Tourisme, Amar Ghoul, suite à la publication sur Facebook d’images montrant des immondices dans une partie du complexe Tipasa Matarès qui était fermé. Cette situation a créé un flottement au niveau de la gestion étant donné que l’une des trois filières de cette EGT, en l’occurrence Tipasa village (ex-CET), était en plein travaux de rénovation, actuellement à près de 35% d’avancement. La seconde tranche des travaux concernera la réhabilitation et la rénovation du complexe touristique la Corne d’or. Il fermera, a-t-on appris, probablement ses portes en mars prochain en attendant d’achever les modalités de mise en œuvre du contrat confié au groupement Pedron Algérie (algéro-italien). Après l’appel d’offres national et international, c’est, finalement, ce groupe qui a obtenu la réalisation du projet pour un montant de 1 612 847 851,36 DA. Les responsables de l’EGT Tipasa sous la houlette du groupe Hôtellerie, tourisme et thermalisme, doivent finaliser le contrat sur la base de procédure habituelle, à savoir réétudier l’offre, examiner le recours si besoin avant de confirmer et de donner le feu vert pour l’installation du chantier et entamer les travaux. Il faut signaler que l’EGTT a entamé un programme de réhabilitation et de modernisation de ses trois structures, Tipasa village, Matarès et Corne d’or. L’EGT Tipasa, une entreprise publique, a bénéficié d’une enveloppe financière de 4 milliards de dinars pour le lancement d’un plan de modernisation et de mise à niveau de ses infrastructures. L’enveloppe de 4 milliards DA attribuée à l’EGT Tipasa – en même temps que Ghardaïa, Timimoun et Boussaâda -, permettra de lancer des opérations de rénovation des trois infrastructures qui comptabilisent 2 400 lits et près de 1 000 bungalows et appartements répartis entre Tipasa village, avec ses 500 bungalows, Tipasa Corne d’or, 100 bungalows et Tipasa Matarès, avec ses 400 chambres dans les deux hôtels, ses 42 appartements et sa vingtaine de villas. Ce fleuron du tourisme balnéaire, qui fonctionne pratiquement deux mois sur 12 (60% de son chiffre d’affaires évalué ces dernières années à 370 millions DA) en plus des quelques rentrées d’argent engrangées par la tenue de conférences et séminaires, méritait un soutien de l’Etat qui lui permettrait de rebondir tout en proposant des formules attractives en dehors de la saison estivale.
La même opération de lifting touchera le complexe Tipasa Matarès, qui renferme deux hôtels, la Résidence, avec 280 lits et 42 appartements de 2 à 3 pièces, équipés d’un coin cuisine, et la Baie, avec 100 chambres, disposant d’un coin salon, d’une loggia avec vue sur mer et d’une salle de bains.