Les services de la protection civile de Bou Ismail (Tipasa) ont repêché samedi, le corps sans vie d’une personne noyée au niveau d’une plage interdite à la baignade, portant à 17 le nombre de morts par noyade dans la wilaya depuis le 1 juin dernier, a-t-on appris dimanche auprès de la direction locale de ce corps constitué. Selon la même source, les éléments de l’unité secondaire de la protection civile de Bou Ismail ont repêché, samedi après-midi, le corps d’une personne de sexe masculin, morte noyée à la plage interdite à la baignade «La Payotte», du front de mer de Bou Ismail et l’a transféré à la polyclinique de la même ville. Par ailleurs, l’unité de protection civile de l’Oued El Bellaa, soutenue par l’unité marine de Cherchell, est intervenue à son tour, le 25 du mois courant, pour rechercher un disparu en mer, au lieudit «zone rocheuse de l’Oued El Bellaa», a ajouté la même source. Suite à cette intervention, la dépouille du disparu, un garçon de dix ans mort noyé, a été repêchée et déposée à la morgue de l’hôpital de Sidi Ghiles, a-t-on indiqué. La semaine passée, les services de la protection civile de Tipasa avaient fait part, à l’APS, de la mort par noyade de 15 personnes depuis le 1 juin dernier, dont une majorité s’est noyée sur les plages interdites à la baignade et avant l’ouverture officielle de la saison estivale, le premier juillet écoulé. Avec ces deux dernières victimes, le nombre des décès par noyade est porté à 17, au niveau de la wilaya. Pour éviter ce type d’accidents, les services de la protection civile ont lancé un appel aux citoyens à fréquenter les plages autorisées à la baignade et à éviter les plages non surveillées et les zones rocheuses, tout en respectant le protocole sanitaire préventif contre la propagation de la Covid-19. COLONNE