Le stand de l’Association des figuiculteurs de Beni Maouche (wilaya de Béjaïa) a volé la vedette aux exposants de miel, présents à l’occasion de la 11e édition de la Fête apicole de la wilaya de Tipasa, organisée dernièrement. Comme le dira, non sans une pointe d’humour, le secrétaire général de la Chambre d’agriculture de la wilaya (CAW) de Tipasa Ahmed Bernaoui, organisateur de cette rencontre des professionnels du miel, « les visiteurs n’ont d’yeux que pour votre stand ».

La fête du miel, très appréciée par les visiteurs, a agréablement surpris Bekkouche Omar, secrétaire général de l’Association des figuiculteurs de Beni Maouche, venu présenter son produit et parler de l’expérience de labellisation de la figue de son village. Très surpris par le haut niveau d’organisation de la Chambre d’agriculture de la wilaya de Tipasa, l’amabilité de sa dévouée équipe, celui-ci ne manquera pas de dire toute sa satisfaction d’être présent à Tipasa où ses produits ont connu un grand succès, ce qui l’a fait revenir à la fête des agrumes (22 et 23 janvier) qui a eu lieu au complexe touristique la Corne d’or. Autrefois fruit endémique, de surcroît beaucoup consommé par les familles à faible revenu, la figue sèche est devenue un produit de luxe (1 400 da le kg) qui peut être consommé autrement comme on l’a vu lors de l’exposition de Omar Bekkouche. Un produit 100% du terroir, biologique fruit du labeur des producteurs de figue sèche de Beni Maouche, une localité à plus de 500 m d’altitude, dans la wilaya de Béjaïa. Des figues des trois variétés les plus célèbres de la région de Beni Maouche, d’autres coupées et trempées dans de l’huile d’olive, d’autre en pâte, en confitures et autres sucreries enrobées de chocolat blanc et noir ont représenté l’essentiel de l’exposition. L’Association communale des figuiculteurs de Beni Maouche a été créée en 2009 par les figuiculteurs de la région de Béjaïa pour relancer leur filière. Elle travaille à la préservation et la protection du produit, l’amélioration de la qualité́ et des rendements, sa valorisation par sa transformation agroalimentaire et à sa promotion commerciale. Elle ambitionne de structurer la filière et d’organiser les producteurs sous forme de conseil interprofessionnel. La fête annuelle de la figue sèche est l’un des rendez-vous organisé régulièrement depuis 17 ans. Les figues sèches, commercialisées dans la région, sont connues depuis au moins 1830 selon Omar Bekkouche. Des documents datant de cette période rapporte l’existence d’une usine de traitement des figues à Beni Maouche, citant un certain Rebour, en 1868, et Mauri, en 1942, qui rapportaient que « la variété Taamriout donne des résultats remarquables dans la vallée de la Soummam et le Guergour, en particulier dans le douar des Beni Maouche ». Depuis octobre 1996, date de la première fête de la figue à Beni Maouche, à ce jour 17 éditions ont été organisées réunissant des participants de 10 communes de la wilaya de Béjaïa (Beni Maouche, Seddouk, Amalou, Bouhamza, M’Cisna, Beni Djellil, Feraoun, Tifra, Sidi Aïch, Béjaïa) et de 6 autres wilayas (Sétif, Jijel, Tizi Ouzou, Bouira, Tébessa, Mila). En plus de soutenir les activités de protection et de valorisation des variétés de figues, du soutien aux activités féminines, la conservation et la valorisation de la biodiversité du figuier, cette association veille à la caractérisation des variétés et à introduire de méthodes modernes de séchage.
Dans les villages où celles-ci sont présentes (Béni Maouche, Beni Djellil, M’cisna, Barbacha, Bouhamza, Amalou, etc.), les figues sèches existent sous différentes variétés (Azendjar, Taâmriouth, Berkane…), et catégories (supra, extra, standard). n