Depuis la dernière semaine du mois de juin, période d’annonce de la publication des listes d’attribution des 1 142 logements sociaux dans les communes de Tipasa, Bourkika, Larhat, Attatba et Sidi Rached, des citoyens exclus ou n’ayant pas trouvé leurs noms sur la liste des bénéficiaires ne décolèrent pas. Avant-hier encore, le siège de la daïra de Tipasa a été pris d’assaut par des familles, dont une majorité de femmes, qui sont restées agrippées aux grilles de la daïra, fermée pour empêcher les protestataires de harceler les fonctionnaires enfermés dans leurs bureaux.

Comme attendu, l’affichage des listes des bénéficiaires de logements sociaux n’a pas fait, apparemment, que des heureux en particulier au niveau du chef-lieu de wilaya, où un citoyen a grimpé sur le toit du siège menaçant les responsables de se suicider si son cas n’était pas réexaminé et d’autres citoyens dont les noms n’ont pas été affichés ont tenu un sit-in devant le siège de la daïra. Le jeune a fini par retrouver la raison, après avoir été convaincu du réexamen de sa situation. Le chef de daïra et le P/APC de Tipasa ont reçu les protestataires pour discuter avec eux, en expliquant et rappelant les critères retenus pour l’attribution des logements.
La semaine dernière, des citoyens de la commune de Bourkika n’ont pas hésité à cadenasser, durant toute la matinée, les portes du siège de l’APC pour les mêmes revendications et faire pression sur la commission pour revoir la liste des bénéficiaires.
A Sidi Rached, les contestataires de la liste des bénéficiaires sont allés, encore plus loin, en murant, carrément, l’entrée de l’APC, ce qui a fini par inciter l’intervention de la cheffe de daïra d’Ahmeur El Aïn qui a réussi, tant bien que mal, à désamorcer la situation kafkaïenne en s’engageant et promettant de revoir la liste. Tous les responsables des daïras et des APC ont profité pour faire de la pédagogie en rappelant que les listes des bénéficiaires affichées ne sont pas définitives, dès lors que la réglementation prévoit une commission de recours au niveau de la wilaya pour soumettre les dossiers des contestataires à une deuxième étude.
Pour essayer d’aller dans le sens du mouvement de protestation populaire et calmer un tant soit peu la colère et les revendications des citoyens, les responsables locaux avaient annoncé en grande pompe la distribution de 1 476 logements et 120 aides à la construction rurale avant le 5 juillet 2019.
Malheureusement pour eux et comme d’habitude, l’affichage des listes des bénéficiaires dans les communes concernées n’a pas fait que des heureux et n’a pas produit le résultat escompté.
Les familles des communes de Bourkika avec un programme de 250 logements, Larhat avec 300 LPL, Attatba avec 211 unités, Sidi Rached avec 183 et enfin Tipasa avec 198 logements sociaux n’ont pas attendu pour faire entendre leur colère et leur mécontentement.
Au niveau de Hadjout, le projet de 800 logements est déjà achevé au niveau de 3 sites mais ils restent à distribuer d’où l’effervescence qui a commencé et pris de l’ampleur au douar Mâamar Belaïd.