De Tipasa, Seddiki Djamila
La célébration, le 3 mai, de la Journée internationale de la liberté de la presse a été marquée par une cérémonie organisée dans le salon d’honneur au siège de la wilaya de Tipasa. La wali Labina Ouinez Mebarki, entourée des responsables locaux, a tenu à marquer cette date importante pour la corporation qui l’a obtenue de haute lutte et pour rappeler le rôle des représentants locaux de la presse nationale en tant qu’intermédiaires entre les pouvoirs publics et la population.
Tout en réitérant son respect à la corporation pour les efforts consentis en matière d’information du grand public sur le développement local, elle ne manquera pas de dire que la liberté de la presse est désormais consacrée. Elle met à profit cette rencontre pour informer que les rendez-vous périodiques avec les représentants des médias vont reprendre incessamment pour répondre à tous les questionnements.
Avant de clore la brève cérémonie, la chef de l’exécutif a lancé un appel aux correspondants locaux pour veiller à sensibiliser, à travers leurs écrits, les citoyens quant à la nécessité de respecter les mesures de protection et de prévention contre la propagation du virus et de ses nombreux variants, à l’origine de la montée de la courbe des contaminations dans le pays. Le plus surprenant, concernant ce point, est que de nombreuses personnes présentes à la réception ne portaient pas de masque, dont certaines se targuaient de l’absence du virus. Même des proches collaborateurs de la wali ont fait fi de ces mesures, alors que le moindre des égards pour cette institution aurait été de respecter les consignes, d’autant que Tipasa a enregistré cette semaine une dizaine de cas après une accalmie de quelques semaines qui ont permis de lever le couvre-feu sur la wilaya. n