Alors que les citoyens attendent de voir la concrétisation des promesses faites lors du dernier scrutin, des élus des assemblées locales continuent leurs manœuvres en pratiquant leur sport favori, à savoir le nomadisme politique.

Après les 11 élus FFS de la commune de Koléa, c’est au tour des 5 édiles du MPA, à leur tête le P-APC de Sidi Amar, d’annoncer leur ralliement au parti majoritaire du FLN ce qui n’a pas manqué de décontenancer les électeurs dont les voix sont utilisées à des fins politiciennes et bradées au service de calculs et d’intérêts personnels et mesquins, selon certaines confidences.
Le P-APC de Sidi Amar Belghedouche Ahmed, qui a déjà été à la tête de la commune entre 2002 et 2007 sous la bannière FLN, n’a pas hésité à crier haut et fort son ralliement en allant jusqu’à organiser une conférence de presse pour donner plus d’écho à leur décision et le rejet du choix des citoyens qui les ont élus. En effet le P-APC a annoncé que les 5 postes obtenus sur la liste MPA sur les 15 du conseil communal vont aller rejoindre les trois autres postes obtenus par le FLN pour constituer une majorité. Selon lui, la motivation première ayant présidé à cette décision est « l’insistance de la population » depuis l’élection locale, à ce que les élus MPA réintègrent le FLN. Il précisera que son groupe a, durant des années, « été marginalisé au sein de la Mouhafadha FLN en raison de notre refus de toute forme de surenchère pour servir des intérêts étroits de responsables ayant pris en otage la Mouhafadha. Pour lui aujourd’hui il y a une nouvelle dynamique au niveau local avec une base militante plus harmonieuse et à l’abri de tout clivage d’où cette décision de regagner le bercail. Pour rappel, le MPA a obtenu à l’APC de Sidi Amar 5 sièges, le RND 5 postes, tandis que le FLN n’a obtenu que 3 sièges, suivi du MSP avec 2 sièges. Avec ce ralliement, le FLN aura 8 sièges soit la majorité absolue.
Ces ralliements d’élus sous des étiquettes de partis politiques comme le FFS dont c’était la seule liste lors du scrutin des locales du 23 novembre et qui de surcroît a été gagnante ainsi que celle du MPA qui a obtenu de nombreux sièges ne surprennent pas les observateurs de la scène politique qui arrivent ainsi à décortiquer les manœuvres de l’administration locale.
Les élus FFS de la commune de Koléa, qui avaient laissé pointer un petit espoir d’une gestion différente de la collectivité, ont, eux aussi, beaucoup déçu puisqu’ils ont poussé le bouchon jusqu’à annoncer publiquement et en présence du wali venu installer le nouveau P-APC Youcef Kouider. Selon le P-APC de Koléa, la décision de ralliement du groupe de 11 élus au FLN de l’assemblée locale (composée de 23 membres) est le résultat d’une mûre réflexion et d’un constat objectif arguant du fait qu’ils n’ont jamais été militants du FFS mais plutôt du FLN.
Le P-APC dira qu’il est militant du FLN depuis 1991 mais comme les responsables de son parti n’ont pas voulu lui donner une chance il a opté pour la liste FFS avec ses camarades pour se faire élire et prouver leur popularité. Il est à rappeler qu’avec 11 élus, le FFS a obtenu la présidence de l’APC de Koléa suivi du FLN avec 7 élus et du MSP avec 3 élus alors que le RND a obtenu seulement deux sièges. Le FLN obtient donc, avec 18 sièges, une majorité absolue dans cette commune la plus grande de la wilaya de Tipasa.