L’étude concernant l’exploitation du gisement de fer de Ghar-Djebilet, entamée depuis près de 18 mois, avance à un bon rythme et est à sa phase finale, a-t-on appris mardi des services de la wilaya. L’opération de déphosphoration du minerai constituait jusque-là une contrainte ayant retardé l’exploitation de ce gisement, et la solution technique à ce problème a été prise en charge avec l’envoi d’échantillons à des laboratoires étrangers spécialisés qui ont effectué dessus des tests «réussis», a-t-on précisé. Les quantités acheminées à ces laboratoires ont atteint les 5.000 tonnes pour les tests industriels, après que les examens en laboratoire aient donné de «bons» résultats et les ont confirmé aptes à l’exploitation, permettant ainsi la prise en charge de l’étude, l’octroi des cahiers de charge pour le financement du projet et le lancement de son exploitation, a ajouté la source. Dès finalisation des études, les cahiers de charge pour l’exploitation de cet important gisement seront octroyés sur la base d’appels d’offres qui détermineront les parties appelées à exploiter cette ressource minière dans cette wilaya, a-t-on précisé. Il est attendu de ce mégaprojet de nombreuses retombées sur la région et sa population et sur l’économie nationale, notamment la génération de plus de 5.000 emplois, directs et quelques
25 000 emplois indirects, d’après son étude technique. Le gisement de Ghar-Djebilet (170 km Sud-ouest de Tindouf), l’un des plus importants au monde, s’étend sur une superficie de 131 km2 et offre une réserve estimée à 2 milliards de tonnes. Son minerai présente une teneur de 58,57% de fer, selon sa présentation technique. n