Synthèse de Salim Benour
Selon des chiffres de l’Office national d’alphabétisation et de l’enseignement pour adultes (ONAEA), la wilaya de Timimoun a enregistré une baisse de l’analphabétisme à 7,92 %, grâce à l’ouverture de sections d’alphabétisation et à la contribution des écoles coraniques pour femmes. Cela, au niveau des zones d’ombre de Ouled-Aïssa, Adjedir et Tesfaout, où près de 300 femmes ont appris le saint Coran, ajoutent des sources locales. Toujours dans le sud du pays, le directeur de l’antenne de l’ONAEA de la wilaya d’Adrar, Abderrahmane Sahsi, a affirmé à l’APS que cette région a enregistré depuis 2008 une baisse de 23% du taux d’analphabétisme. Ces chiffres ont été donnés au passage du représentant du ministère de l’Education nationale, Mohamed Hamoudi, dans la région à l’occasion de la célébration, à Timimoun, de la Journée arabe d’alphabétisation. « L’Algérie a franchi de grands pas en matière de lutte contre l’illettrisme à la faveur d’une stratégie adoptée, depuis 2008, par l’ONAEA, avec la contribution de 14 départements ministériels et en coordination avec 202 associations locales et huit associations nationales », a indiqué ce responsable. Les statistiques de l’ONAEA de juillet 2021 font ressortir un recul du taux de l’illettrisme en Algérie à 7,96%, sachant que plus de 5 millions d’inscriptions, dont 87% de femmes, aux cours d’alphabétisation ont été enregistrées depuis le lancement de la stratégie nationale. Pour Mohamed Hamoudi, ces données « positives » reflètent les efforts fournis par les pouvoirs publics en vue d’éradiquer l’illettrisme. Il a ajouté que cette stratégie d’alphabétisation a été possible avec le concours aussi de l’institution militaire, lors de la période d’instruction du service national, ainsi que des établissements pénitentiaires, des zaouïas et des écoles coraniques, en sus de la mise en œuvre d’autres méthodes didactiques, dont les nouvelles technologies de la communication et l’introduction de l’enseignement de la langue amazighe au niveau de 15 wilayas.
M. Hamoudi a fait état aussi de la poursuite du suivi de la mise en œuvre du projet de modernisation des programmes d’alphabétisation de la femme rurale, dans le cadre de l’accord de partenariat entre l’Algérie et l’Union Européenne (UE). Il a mis l’accent sur « l’insertion des personnes affranchies de l’analphabétisme dans le processus de développement durable, à travers leur qualification pour leur permettre de monter leurs propres entités économiques ».