L’Ethiopie a justifié mercredi la suspension pour trois mois des activités au Tigré de Médecins sans Frontières (MSF) et du Conseil norvégien pour les Réfugiés (NRC) en les accusant de «désinformation». MSF et le NRC «répandent la désinformation dans les médias sociaux et sur d’autres plateformes, en dehors du mandat et des objectifs pour lesquels ces organisations ont été autorisées à opérer», affirme un communiqué des autorités éthiopiennes. Le communiqué ne présente aucun exemple de la «désinformation» dont se sont rendues coupables les deux organisations qui ont indiqué mardi avoir demandé des explications à cette suspension. Selon les Nations unies, plusieurs centaines de milliers de personnes sont dans une situation proche de la famine, après avoir été notamment déplacés par les hostilités qui frappent le Tigré depuis novembre 2020. Le gouvernement éthiopien a également accusé MSF et le NRC d’employer des étrangers qui ne disposent de permis de travail appropriés et assure que MSF a importé illégalement du «matériel de transmission satellite». Selon le communiqué, la Fondation Al Maktoum, une ONG centrée sur l’éducation et basée à Dubai, a également été suspendue pour n’avoir pas suivi les régulations anti-Covid et pour «mauvaise gestion de son budget». Il n’a pas été établi si Al Maktoum opérait au Tigré.