Le théâtre régional d’Oran Abdelkader-Alloula reprend officiellement ses activités culturelles à partir du 1er février prochain avec au menu cinq pièces, a indiqué hier l’APS qui cite sa chargée de communication, Sana Zaoui.

Suspendues depuis septembre dernier en raison de travaux de rénovation entrepris en urgence suite à l’effondrement partiel d’un de ses balcons, les activités du TRO reprennent avec un programme dédié en grande partie aux enfants.
Le TRO accueille, chaque année, plus de 80 000 spectateurs, dont une majorité d’enfants, à la faveur de la multiplication des manifestations artistiques au profit du jeune public, tant sur la scène de la structure que dans le cadre des programmes d’animation de proximité (écoles, établissements culturels). Quant aux adultes, ils n’auront droit qu’à une seule pièce « El Ghalta «, écrite par Said Fahsi et mise en scène par Mouley Miliani et Mohamed Morad.
Cette comédie sociale datant de mai 2016 a suscité un grand engouement auprès des spectateurs, affirme Sana Zaoui, ajoutant que cette production du TRO est promise à un long parcours.
Pour rappel, le TRO avait abrité, du 10 au 19 janvier courant, après l’achèvement des travaux de rénovation partiels qu’il a subis, les huit pièces en compétition dans le cadre de la 9ème édition du Festival du théâtre arabe. Le wali d’Oran, Abdelghani Zaalane, avait annoncé, lors de la conférence de presse dédiée à la présentation du programme de cet évènement, que le TRO, bâti au début du XXe siècle, fera l’objet d’une rénovation globale dans un prochain avenir.
La naissance officielle du TRO, sous la direction du défunt Abdelkader Alloula, remonte au 14 novembre 1972, suite à la décision de décentraliser le théâtre, après avoir fonctionné jusqu’alors en annexe du TNA.