Plusieurs voix se sont élevées en Palestine et à l’étranger pour condamner l’escalade des autorités sionistes dans les territoires palestiniens, appelant la communauté internationale à «intervenir» pour obliger l’occupant à cesser ses attaques et crimes contre le peuple palestinien.

L’entité sioniste a intensifié ses agressions contre les Palestiniens notamment en ce mois sacré du Ramadhan et multiplié ses actions provocatrices dans la ville sainte d’El-Qods occupée. Dans ce contexte, Nabil Abou Roudeinah, porte-parole du président palestinien Mahmoud Abbas, a souligné dans un communiqué que «le comportement continu de l’armée et de la police sionistes et les actions des colons sont des provocations». Condamnant la visite dimanche du ministre sioniste des Affaires étrangères, à la porte de Damas de la vieille ville d’El-Qods-Est, le porte-parole a indiqué qu’elle était «irresponsable». Et de poursuivre: l’escalade continue menée par l’entité sioniste à El-Qods-Est et les attaques de colons sionistes contre la mosquée Al-Aqsa sont «une violation claire et flagrante qui prouve l’absence d’engagement de l’entité sioniste aux accords et traités signés». Dans la nuit de dimanche à lundi, la Société palestinienne du Croissant-Rouge a fait savoir que 19 Palestiniens avaient été blessés par la police sioniste lors d’affrontements devant la porte de Damas à El-Qods-Est, suite à la visite du ministre sioniste. Nabil Abou Rudeineh avait condamné auparavant l’occupant sioniste après la mort de trois Palestiniens, tués près de la ville de Jénine, dans le nord de la Cisjordanie, samedi dernier, premier jour du Ramadhan, et averti que l’escalade en cours «fera exploser la situation en Palestine et dans toute la région». «L’occupant sioniste a mené un assaut planifié qui a tué trois Palestiniens à Jénine au moment où de nombreuses parties, dont les Etats-Unis, cherchent à empêcher toute escalade de la tension dans la région pendant le Ramadhan», a-t-il noté. Dans ce contexte, les Nations unies avaient réitéré la nécessité de maintenir le statu quo concernant les Lieux Saints de la ville d’El-Qods et d’éviter toute action susceptible d’accroître les tensions durant le mois de Ramadhan. Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé ainsi à une cessation immédiate de la violence qui sape les perspectives de paix en prévision des prochaines fêtes religieuses saintes. Selon le ministère palestinien de la Santé, avec les trois Palestiniens tués samedi dernier, c’est un total de sept Palestiniens qui sont morts en Cisjordanie depuis jeudi. Et en mars dernier, 13 Palestiniens ont été tués et 368 autres arrêtés par les forces d’occupation sionistes et les colons qui poursuivent leurs agressions contre le peuple palestinien et leurs biens.
La CPI interpellée sur les agressions
Face à la recrudescence des agressions de l’entité sioniste en Palestine, le ministère palestinien des Affaires étrangères a appelé samedi la Cour pénale internationale (CPI) à ouvrir une enquête sur les crimes de l’occupant sioniste et ses colons, exhortant également l’administration américaine et la communauté internationale à intervenir pour arrêter l’escalade. Dans un communiqué de presse, le ministère a condamné l’assassinat par l’entité sioniste de trois jeunes Palestiniens au premier jour du Ramadhan et la détention de leurs corps. Les Affaires étrangères palestiniennes ont indiqué que «ce crime fait partie intégrante de la série de meurtres quotidiens commis par l’occupation contre le peuple palestinien et constitue une invitation à une explosion de la situation et la violence dans la région (…)». En outre, le ministère a fait porter à l’entité sioniste «l’entière responsabilité de ce crime», appelant la communauté internationale à «assurer la protection du peuple palestinien». A l’étranger, plusieurs pays et organisations ont condamné l’escalade sioniste dans les territoires palestiniens à l’instar de l’Egypte. Dans un communiqué relayé par l’agence palestinienne de presse, Wafa, le porte-parole du ministère égyptien des Affaires étrangères, Ahmed Hafez, a souligné la nécessité d’arrêter «immédiatement» l’escalade, en particulier pendant le mois sacré et les fêtes chrétiennes et juives. «Il faut respecter les règles du droit international pour assurer une protection aux civils palestiniens, et mettre fin à toute pratique qui viole le caractère sacré de la mosquée Al-Aqsa et d’autres Lieux Saints», a souligné le texte. Le gouvernement jordanien a lui aussi condamné l’escalade sioniste dans les territoires palestiniens et la multiplication des incursions de colons dans l’esplanade d’Al-Aqsa, dénonçant «un comportement provocateur» et mettant en garde contre l’«exacerbation de la tension et de la violence dans la région». De son côté, le Secrétariat général de l’Organisation de la coopération islamique (OCI), a fermement condamné lundi l’escalade quotidienne des attaques et crimes commis par les forces d’occupation sionistes contre le peuple palestinien, ses biens et ses Lieux Saints, en particulier dans la ville occupée d’El-Qods et dénoncé la poursuite des violations quotidiennes de la mosquée Al-Aqsa et «les attaques barbares contre les fidèles». L’OCI a appelé également la communauté internationale, en particulier le Conseil de sécurité de l’ONU, à faire pression sur l’entité sioniste, la puissance occupante, pour «l’obliger à respecter les principes du droit international et des traités et conventions internationaux, à cesser ses attaques dangereuses contre la peuple palestinien et lui assurer une protection internationale». (APS)