Au moins 57 décisions de concession de terrains destinés à la réalisation de projets d’investissement ont été annulées dans la wilaya d’Ouargla, en raison du retard accusé par leurs bénéficiaires dans les délais d’exécution, a appris l’APS mardi auprès de la Direction locale de l’industrie et des mines (DIM).

Cette opération, qui intervient en application des mesures relatives à l’assainissement des listes des bénéficiaires du foncier industriel attribué depuis 2011 par l’ex-comité d’assistance à la localisation et la promotion de l’investissement et à la régularisation du foncier (Calpiref) à travers différentes communes de la wilaya, a pour objectif de récupérer l’assiette foncière non-exploitée, a affirmé le directeur du secteur Djamel Eddine Tamantit.
Des mises en demeure ont été transmises aux bénéficiaires concernés, avant d’entamer les procédures visant à récupérer le foncier industriel non-exploité, selon les réglementations en vigueur, a-t-il dit.
Selon le même responsable, plusieurs bénéficiaires du foncier octroyé dans le cadre de la promotion de l’investissement par la concession n’avaient pas suffisamment de capacités financières pour réaliser leurs projets.
1 177 projets d’investissements ont été approuvés dans la wilaya d’Ouargla depuis 2011, dont une soixantaine qui sont en activité.
Ils se répartissent en divers créneaux économiques, dont l’industrie, la fabrication de matériaux de construction, les services, l’industrie alimentaire, le bâtiment et les travaux publics, le tourisme, la santé et le commerce, selon les données de la DIM.
La wilaya d’Ouargla a bénéficié d’une série d’opérations susceptibles de renforcer les espaces d’activités économiques et d’impulser une dynamique à l’investissement industriel, signale-t-on.
Parmi ces opérations figurent l’aménagement et la remise en état des zones d’activités dans les communes de Touggourt (105,68 hectares), Témacine (10 ha), Mégarine (25,78 ha), Zaouia El-Abidia (33,12 ha) et l’ancienne zone industrielle de Touggourt (212,36 ha).
La DIM fait état, en outre, d’un projet d’envergure portant sur la réalisation d’un parc industriel de 500 ha au niveau de la commune de Hassi-Benabdallah, sous la supervision de l’Agence nationale d’intermédiation et de régulation foncière (Aniref).