PAR MILINA KOUACI
Le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, a réaffirmé hier à Alger que la loi sera appliquée «rigoureusement» contre les diffuseurs de faux sujets à travers les réseaux sociaux et les tentatives de perturbation du bon déroulement des épreuves du Brevet d’enseignement moyen (BEM) et du Baccalauréat.
Le compte à rebours des examens nationaux a commencé. A l’approche de ces examens de faux sujets sont habituellement diffusés sur les réseaux sociaux. Ce fléau, de l’avis des acteurs sociaux, est en baisse mais ils expriment toutefois leur crainte et leur préoccupation de tentatives de perturbations de candidats à la veille des épreuves nationales. C’est dans ce contexte que le ministre de tutelle qui a donné le coup d’envoi des examens d’attestation de niveau pour les apprenants inscrits dans l’enseignement à distance, a mis à nouveau en garde les diffuseurs de faux sujets de mesures répressives.
M. Belabed a souligné que le ministère «veille à l’application rigoureuse de la loi contre les diffuseurs de faux sujets à travers les réseaux sociaux». Soulignant que ce phénomène «nocif» est susceptible de «perturber les candidats, voire les épuiser sur les plans psychologique et physique». Le ministre a, toutefois, relevé «une régression» de ce phénomène grâce aux mesures prises par l’Etat. Dernièrement, Abbas Bekhtaoui, inspecteur central au ministère de l’Education nationale, a déclaré que l’hypothèse d’une fuite des sujets du baccalauréat 2022 était «quasi nulle», eu égard aux «mesures prises par le ministère avec les autres départements, pour que les sujets soient élaborés dans la discrétion la plus totale, et arriver en toute sécurité jusqu’à l’élève le jour de l’examen. En effet, dans le souci de préserver la crédibilité du bac et veiller à la consécration du principe d’égalité des chances, le ministère de la Justice a introduit des dispositions dans le code des procédures pénales criminalisant l’acte de fraude. Ce qui permettra de traduire en justice les mis en cause pour «atteinte à l’intégrité des examens et des concours». Le ministre a, par ailleurs, exhorté les parents d’élèves à «donner des conseils et orientations à leurs enfants pour les inciter à réviser et à passer leurs examens dans le calme et la sérénité». Il a assuré, en outre, que les épreuves du baccalauréat porteront sur «les leçons dispensées en présentiel au niveau des établissements éducatifs», ajoutant que les préparatifs pour cet examen se déroulent dans de «bonnes conditions». «Les candidats auront à choisir entre deux sujets dans chaque matière et filière», a-t-il ajouté, précisant «qu’une demi-heure supplémentaire est accordée aux candidats dans chaque matière» pour leur donner suffisamment de temps pour choisir un sujet.
Concernant le concours de promotion, M. Belabed a affirmé que les examens professionnels de promotion «seront organisés cet été et concernent plus de 52 000 postes d’emploi», saluant les efforts consentis par la communauté de l’Education durant les deux dernières années suite à la propagation de la pandémie du nouveau coronavirus.