C’est un séisme sur la planète tennis. Annoncée par voie de presse hier, l’interdiction de tournoi 2022 aux joueurs, dont le n°2 mondial Daniil Medvedev, et joueuses de nationalité russe et biélorusse a été officialisée par la direction du All England Club, qui organise le Grand Chelem sur gazon. Le tournoi a justifié cette décision suite à l’action du Gouvernement britannique.
Wimbledon l’a fait. La direction du tournoi a officialisé hier une nouvelle qui fera date sur la planète tennis : elle a officiellement exclu les joueurs et joueuses de nationalité russe et biélorusse de son édition 2022.
Conséquence directe : aucun d’entre eux ne pourra poser un pied dans l’enceinte du tournoi, qui se tient chaque année au All England Tennis and Croquet Club (AELTC) en banlieue de Londres.

Plus grosse sanction sur le circuit
C’est la plus grosse sanction tombée sur l’ensemble des circuits professionnels du tennis masculin et féminin. Quelques jours après le début de la guerre en Ukraine, lancée le jeudi 24 février au matin, l’ITF avait annoncé que les équipes russes et biélorusses ne seraient pas autorisées à participer aux compétitions par équipes (Coupe Davis, Billie Jean King Cup). De leurs côtés, les circuits professionnels masculin et féminin – ATP et WTA – n’avaient pris aucune sanction individuelle. Les athlètes avaient juste eu à participer aux tournois comme athlètes neutres, sans bannière.
De fait, suite à cette décision, ni Daniil Medvedev, actuel n°2 mondial, et passé brièvement n°1 au mois de février, ni Andrey Rublev, 8e mondial à l’ATP, ne pourront jouer le troisième Grand Chelem de la saison. Chez les dames, des joueuses comme Daria Kasatkina, Anastasia Pavlyuchenkova et la Biélorusse Victoria Azarenka ne seront pas autorisées à s’aligner.
L’annonce ne concerne pas que Wimbledon. La Fédération anglaise de tennis (British Tennis) a également annoncé que la sanction allait s’étendre aux tournois de préparation à Wimbledon, qui se tiennent sur le sol anglais.
Les tournois du Queens, d’Eastbourne seront également inaccessibles pour les messieurs par exemple.