Grande première pour Alexander Zverev ! D’abord mené de deux sets, l’Allemand a su renverser un Pablo Carreno Busta qui s’est liquéfié après avoir parfaitement démarré, pour l’emporter en cinq manches, au bout de 3h22 dans un match à nouveau poussif (3-6, 2-6, 6-3, 6-4, 6-3). A 23 ans, la tête de série numéro 5 tient enfin sa première finale de Grand Chelem. Avec lui, le «Winning Ugly» a encore de beaux jours devant lui. Reste que, même brouillon, il semble toujours trouver le moyen d’avoir le dernier mot dans ce tournoi.
Longtemps, ce match risque de hanter les nuits de Pablo Carreno-Busta. A 29 ans, l’Espagnol n’a jamais été aussi proche d’une finale de Grand Chelem. Mais il a pourtant réussi à lâcher un match qu’il maîtrisait dans les grandes largeurs pour s’incliner pour la 3e fois de sa carrière après avoir mené de deux sets.
CARRENO-BUSTA, DEUX PETITS SETS ET PUIS S’EN VA…
Le protégé de David Ferrer a fini par craquer trop facilement, multipliant les coups trop longs ou trop mous. Surtout, il a continué, comme face à Coric en quart, à réaliser des double-fautes aux pires moments. Après avoir concédé 4 jeux de suite dans le premier acte, il est totalement passé au travers du deuxième, ne se réveillant qu’à 5-0 contre lui.
Déjà, la nervosité du demi-finaliste de l’édition 2017 s’est faite ressentir, au moment de conclure lors des deux premiers actes. Mais il avait profité de ses nombreux breaks d’avance pour gérer. En revanche, alors qu’il avait un pied en finale, il a perdu son tennis, tandis que l’énigme Zverev retrouvait peu à peu le sien. Hors du coup, il a trop facilement lâché à deux reprises son jeu de service dans le cœur du troisième set, permettant à son adversaire de reprendre confiance. Puis, une fois lancé après être revenu à une manche, Zverev a montré tout son talent au service (88% de points remporté derrière sa première balle dans le 4e acte) pour remettre les compteurs à zéro.
Carreno-Busta, lui, a totalement déjoué, réalisant notamment 22 fautes directes dans l’avant-dernier set. Après avoir fait appel au kiné avant la dernière manche, il n’a jamais plus semblé en mesure de renverser le cours du match, surtout après ce break concédé d’entrée de dernier acte. Si on peut lui reprocher beaucoup de choses, Alexander Zverev continue de franchir les paliers, contre vents et marées. Il sera, quoiqu’il arrive, l’outsider de la finale, cette nuit. Et si ce constat le libérait, pour ne nous laisser voir que sa meilleure face ?