Le président de la Fédération algérienne de tennis (FAT), Mohamed Bessaâd, suspendu «temporairement» par le ministère de la Jeunesse et des Sports (MJS) pour «mauvaise gestion», compte introduire un recours auprès des instances compétentes pour dénoncer une «injustice», a-t-il indiqué jeudi. «Je regrette cette décision du MJS que je vais saisir pour introduire un recours et recouvrer mes droits», a déclaré Bessaâd à l’APS. Et d’ajouter: «Je suis une victime dans cette affaire. Je n’ai été entendu par aucune commission ou conseil de discipline, ni reçu de notification des griefs qu’on me rapproche. En justice, personne ne peut être condamné avant d’être jugé». Interrogé mercredi soir par l’APS en marge de la cérémonie organisé en l’honneur de l’ancien gymnaste Mohamed Yamani, qui a décidé de se retirer du mouvement sportif national, le ministre de la Jeunesse et des Sports, Raouf Salim Bernaoui, a expliqué que le patron de la FAT «a des problèmes de gestion flagrants qui ont été transmis à la justice», sans en dire plus «par devoir de réserve». «Quand c’est aussi flagrant, nous procédons à une suspension temporaire des dirigeants mis en cause en attendant la décision de justice», avait-il ajouté.