Son cri et ses larmes ont jeté un grand froid sur le court Philippe-Chatrier vendredi. La brillante quinzaine d’Alexander Zverev s’est achevée de la plus terrible des manières par un abandon en demi-finale de Roland-Garros face à Rafael Nadal (7-6, 6-6, ab.). L’Allemand, qui s’est tordu violemment la cheville droite, avait quitté la scène en béquilles et avait annulé sa conférence de presse, comme on peut évidemment le comprendre en pareille circonstance. Mais il a finalement tenu à donner de ses nouvelles en toute fin de soirée.
Dans une vidéo publiée sur le compte Twitter du tournoi, il a fait le point sur son état de santé. «C’était un moment très difficile pour moi sur le court aujourd’hui (vendredi). C’était un match fantastique jusqu’à ce qu’il arrive ce qui est arrivé. Il semble que j’aie une blessure très sérieuse, mais l’équipe médicale et les docteurs l’examinent encore. Nous vous tiendrons informés quand nous en saurons plus», a-t-il indiqué.
J’ESPÈRE QUE RAFA POURRA ALLER AU BOUT
Le champion olympique ne sait donc visiblement pas encore ce dont il souffre et ne peut pas se projeter sur sa durée potentielle d’éloignement des courts. Mais sa présence à Wimbledon dans un peu moins d’un mois semble d’ores et déjà fort incertaine.
Zverev a fini son message par des mots élogieux pour son adversaire du jour qui était d’ailleurs désolé pour lui. «Je voudrais féliciter Rafa évidemment pour cet accomplissement incroyable et cette 14e finale atteinte à Roland-Garros. J’espère qu’il pourra aller au bout et écrire encore l’Histoire du jeu», a-t-il conclu, voix basse, visiblement très affecté. On le serait à moins : en quelques secondes, tout a basculé ce vendredi pour lui. Du rêve d’un premier titre en Grand Chelem au cauchemar d’un abandon.