Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour assister à la première sensation de la quinzaine. En ouverture du programme sur le court Philippe-Chatrier, Ons Jabeur, 6e mondiale, s’est inclinée d’entrée contre la Polonaise Magda Linette (3-6, 7-6, 7-5). La Tunisienne, titrée à Madrid et finaliste à Rome, était une des principales candidates au titre à Paris. Dimanche, 13h38. Roland-Garros est à peine commencé que le tournoi est déjà terminé pour une des principales têtes d’affiche du tableau féminin. Ons Jabeur est arrivée à Paris auréolée du meilleur classement de sa carrière (6e) après son titre à Madrid et sa finale à Rome. De quoi faire de la Tunisienne au jeu subtil une des principales candidates au titre porte d’Auteuil derrière l’archi-favorite Iga Swiatek. Mais elle a trébuché d’entrée, face à une autre Polonaise, Magda Linette (3-6, 7-6, 7-5) en 2h28. A-t-elle trop joué avant ce Roland-Garros ? A-t-elle subi le poids excessif des attentes légitimes nées de ses récents résultats comme de sa spectaculaire progression depuis plus d’un an ? Pourtant, tout avait bien commencé pour la guerrière de Sousse, qui a empoché le premier set en un peu plus d’une demi-heure. Mais pour un premier tour, Linette, grosse cogneuse, avait un profil potentiellement dangereux et la suite de cette rencontre allait le confirmer.

47 FAUTES DIRECTES
C’est sans doute dans la deuxième manche que Ons Jabeur a raté le coche. Une première balle de break manquée à 3-2 en sa faveur et surtout trois autres à 4-3. Faute d’avoir su enfoncer le clou, elle est restée sous la menace d’une Magda Linette qui, elle, a su saisir sa chance en serrant le jeu dans le tie-break pour recoller à un set partout. Libérée, la Polonaise a alors commencé à prendre l’ascendant à l’échange et c’est assez logiquement qu’elle a breaké la première pour mener 4-2 dans la manche décisive. Dos au mur, Jabeur est revenu à hauteur instantanément, mais on la sentait fragile. Sur un fil, elle a fini par tomber. Alors qu’elle menait 40-15 à 6-5 contre elle et semblait partie pour arracher le super tie-break, la Tunisienne a craqué, avec notamment un smash totalement manqué et deux grosses fautes. Après avoir sauvé une première balle de match, sa 47e faute directe a scellé son sort sur la seconde. C’est une très grosse désillusion pour Ons Jabeur, qui avait atteint les huitièmes de finale ces deux dernières années à Roland-Garros. Dans cette édition 2022, la seconde semaine semblait un minimum syndical pour elle. Mais elle n’aura même pas survécu au premier après-midi. Elle n’avait plus été éliminée au premier tour d’un tournoi du Grand Chelem depuis Wimbledon 2019. n