On ne peut pas dire qu’il n’a pas tremblé mais il a fini par être de nouveau couronné. Novak Djokovic a été sacré en Open d’Australie pour la huitième fois dans sa carrière en s’imposant contre Dominic Thiem (6-4, 4-6, 2-6, 6-3, 6-4). Le Serbe s’adjuge son 17e Grand Chelem et revient à 2 longueurs de Rafael Nadal qui lui laisse, après ce triomphe, la place de numéro 1 mondial. Federer domine toujours le classement des consécrations avec 20 titres.

Quatre heures de jeu pour prouver, encore une fois, qu’il est dans son royaume. Djokovic s’est même permis quelques caprices de roi avec une attitude pas tout le temps irréprochable. Nerveux et râleur, notamment quand il était mené 2 sets à 1, « Nole » a terminé cette explication avec le sourire. Plus expérimenté (32 ans) face à un Autrichien (26 ans) qui a passé plus de 6 heures de plus sur les courts australiens avant de rallier cette finale, l’empereur s’est, encore une fois, assis sur le trône. Statistiquement, avec ce 78e trophée, le « Djoker » dépasse Mc Enroe et intègre le « Top 5 » des tournois gagnés que domine Connors (109) suivi de Federer (103), Lendl (95) et Nadal (84). D’ailleurs, dans le viseur des « Majeurs », on retrouve l’Espagnol qui n’est plus qu’à deux victoires. C’est pour dire que l’octuple vainqueur de l’Australian Open compte bien démontrer qu’il est, lui aussi, l’un des meilleurs tennismen de tous les temps. En tout cas, ce nouveau couronnement le consolide dans ce statut.

Thiem trop admirateur ?
L’Australie est pour le natif de Belgrade et ce qu’est la France pour Nadal qui a remporté 12 Roland Garros. «C’est sans aucun doute mon tournoi favori et je suis béni d’avoir pu le remporté huit fois», a-t-il réagi suite à cette finale face à un adversaire faisant partie de la nouvelle génération de la balle jaune.
« Tu aurais pu gagner ce soir et tu as le temps de gagner non pas un, mais de nombreux tournois du Grand Chelem », a prédit le maître des lieux comme consolation pour celui qu’il a vaincu hier à la Rod Laver Arena.
Quant à Thiem, il a tenu à congratuler celui qui a avorté sa troisième tentative de remporter un Grand Chelem : « Félicitations Novak, avec Roger «Federer] et Rafa [Nadal], vous avez élevé le tennis à un tout autre niveau. Je suis honoré de jouer à cette époque, même si ce soir j’ai été un peu court.» Peut-être que celui qui a évincé Nadal dès les quarts est un peu trop admiratif pour avoir le cran de tutoyer ce trio infernal qui emporte tout sur son passage.

Constance tennistique
En tout cas, hier, il a eu des opportunités pour achever Novak. Mais il n’a pas pu conclure lors des moments cruciaux avec 45% de points gagnés sur seconde balle.
Aussi, Thiem aura été un peu trop tendre dans ses attaques de balles avec un revers long de ligne moins précis et giclant que d’habitude. Des imperfections qui l’ont privé de s’inviter parmi les géants.
Et pourtant, son homologue a commis 57 fautes directes lui aussi contre 9 lors de la finale 2019 dans laquelle il avait balayé « El Matador ».
En soulevant le Graal en 2020, « Nole » devient le premier joueur de l’ère open a gagné l’Open d’Australie lors de trois décades différentes depuis son premier en Australie (2008, 2011, 2012, 2013, 2015, 2016, 2019 et 2020).
C’est pour rappeler sa constance et longévité tennistique.n