De nos jours, cela ressemble à une révolution. De 25 000 à 30 000 spectateurs pourront assister quotidiennement à l’Open d’Australie de tennis qui doit avoir lieu à partir du 8 février, ont indiqué les organisateurs, hier, un chiffre très élevé alors que la pandémie de Covid-19 impose toujours le huis clos à de nombreux événements sportifs.
Les restrictions très dures imposées ces derniers mois par l’Australie sur les voyages ont permis à l’île de garder le contrôle de l’épidémie, ce qui en fait l’un des rares endroits au monde où les supporteurs peuvent se rendre en nombre aux événements sportifs. Cela représente quelque 390 000 spectateurs en l’espace de deux semaines, soit la moitié du public accueilli l’année dernière, a indiqué le ministre des sports de l’Etat de Victoria, Martin Pakula. Les matchs des huit premiers jours pourront être vus par 30 000 personnes. Puis la jauge passera à 25 000 à partir des quarts de finale.

Quarantaine pour tous les participants
M. Pakula a dit espérer en fin de tournoi «une ambiance incroyable, pas si différente de celle vue sur tous les opens des dernières années». «Ce ne sera pas comme ces dernières années, mais ça sera l’événement international avec public le plus important que le monde ait vu depuis de longs mois», a-t-il noté.
Victoria n’a pas enregistré de nouveau cas local de Covid depuis vingt-quatre jours et tous les joueurs et joueuses arrivés en Australie pour participer au tournoi ont effectué quatorze jours obligatoires de quarantaine. Huit cas positifs ont été détectés sur les plus de 1 000 personnes (joueurs, entraîneurs ou responsables) arrivées à bord de 17 vols charters pour participer à l’Open. «Nous espérons avoir montré la méthode et l’exemple au reste du monde sur la possibilité de faire ça», a noté le chef du tournoi, Craig Tiley, tout en reconnaissant que cela avait représenté un énorme défi logistique.