C’est une tradition : à la fin des matchs, les joueurs de tennis vont écrire au feutre sur une caméra qui retransmet le match. En général, ça se traduit par un paraphe. Vendredi, après avoir gagné sa demi-finale contre le Polonais Hurkacz au tournoi de Dubaï, Andrey Rublev a écrit : « No war, Please » (pas de guerre s’il vous plaît). La prise de position semble normale dans un monde en guerre. Sauf qu’Andrey Rublev est Russe et son message risque de froisser Vladimir Poutine.
La veille déjà, après son quart de finale, le numéro 7 mondial victorieux à Marseille il y a quelques jours avait pris position en faveur de la paix. « Dans ces moments-là, on se rend compte que mon match n’est pas important, avait-il dit en conférence de presse. Il ne s’agit pas de mon match, de la façon dont il m’affecte, parce que ce qui se passe en Ukraine est bien plus terrible. Comme je l’ai dit, on se rend compte à quel point il est important d’avoir la paix dans le monde, de se respecter les uns les autres quoi qu’il arrive et d’être unis. Nous devons prendre soin de notre planète et des autres. C’est la chose la plus importante. »
Il avait aussi ajouté être la proie de messages agressifs depuis le début de l’invasion en raison de sa nationalité. « Je reçois de mauvais commentaires sur Internet parce que je suis russe, des messages agressifs, expliquait-il. Je ne peux pas y réagir, car si je le faisais, je ferais la même chose. Si je veux avoir la paix, je dois montrer que je m’en fiche. Même s’ils me jettent des pierres, je dois montrer que je suis pour la paix. Même si je ne suis pas responsable, je ne suis pas là pour être agressif. » Après sa demi-finale victorieuse, il a mis les actes en harmonie avec ses propos.