Après avoir laissé planer le doute quant à sa participation à Roland Garros, Naomi Osaka, qui a récemment remporté l’US open, a été contrainte de faire l’impasse sur ce tournoi majeur de terre battue. Le challenge se jouera, du 27 septembre au 11 octobre à Paris, sans l’actuelle numéro 3 mondiale.

Les coups durs s’enchaînement pour les organisateurs de Roland Garros. En plus du Coronavirus qui a plombé les prévisions en termes de gains et présence de spectateurs, le rendez-vous parisien recense le forfait de Naomi Osaka. Pas la plus réjouissante des nouvelles pour les amoureux du tennis même si les concurrentes y voient une chance de plus pour aller loin dans la compétition avec cette absence forcée.

Les caprices de la cuisse
Après la numéro 1 Ashleigh Barty, la quinzaine française se déroulera sans la Japonaise fraîchement couronnée à Flushing Meadows. Interrogée sur sa présence pour l’évènement qu’abrite la capitale française, Osaka avait déclaré, il y a 7 jours, «oui, c’était le plan en venant ici mais on verra ce qu’il se passe.» le bandage à la cuisse était présent durant la campagne new-yorkaise. Le doute était déjà là sur le plan physique puisque la tenniswoman a semblé dubitative quant à sa participation à RG. «Je ne sais pas. Je n’ai pas encore pu vraiment me reposer. Donc on verra comment ça se passera avec du repos», avait-elle lâché.
Quelques jours plus tard, le pépin est toujours là. Et la Nippone a décidé de laisser sa place de tête de série numéro 2. «Malheureusement je ne serai pas en mesure de disputer le French Open cette année. Ma cuisse (gauche, au niveau des ischio-jambiers) est toujours douloureuse et je ne disposerai pas d’assez de temps pour me préparer à la terre battue. Ces deux tournois (du Grand Chelem) sont trop proches l’un de l’autre pour moi, cette fois. Je souhaite aux organisateurs et aux joueurs le meilleur», a-t-elle annoncé.

Pertes colossales à Porte d’Auteuil
Une très mauvaise nouvelle pour l’Open français qui devra aussi faire avec des rentrées de billetteries qui seront largement revues à la baisse. La présence prévisionnelle est passée de 20.000 à 11.500 puis 5000 spectateurs par jour. Et ce en raison de la propagation de la COVID-19. Les Autorités en France ont contraint la Fédération française de tennis (FFT), qui organise le tournoi, de se contenter de 5000 billets journaliers parce que l’Île de France fait partie des «départements rouges (…) où il y a une forte circulation virale.»
Pour sa part, la FTT aestimé qu’ «il est important pour la vie sportive, sociale et économique de notre pays qu’un événement majeur comme Roland-Garros puisse être organisé en tenant compte des impératifs sanitaires» en assurant être «consciente de la déception que ressentiront les personnes qui ne pourront finalement pas accéder au stade, en raison de cette diminution du nombre de spectateurs (…) Le tournoi 2020 sera un tournoi exemplaire pour la promotion du sport, pour son rayonnement et la défense de ses valeurs.»
Loin des discours protocolaires, il faut savoir que la perte sera énorme côté revenus. Bien loin des habituels 255.4 millions d’euros avec 520.000 tickets vendus en 2019. Avec la première jauge fixée à 11.500 spectateurs, Guy Forget, directeur de l’épreuve, avait laissé entendre que «les produits du tournoi (seraient) divisés par deux.» Le passage à 5.000 places maximales n’arrangera pas les choses. Surtout que certains qui ont déjà acheté des «pass» d’entrée doivent être remboursés.