Victorieux de l’Américain Steve Johnson en trois sets (6-3, 7-6, 6-4) au premier tour, Nick Kyrgios s’est une nouvelle fois fait remarquer en conférence de presse. Interrogé sur son comportement à l’égard d’un arbitre lors du Masters 1000 de Cincinnati qui lui a valu une amende de 113 000 dollars, l’Australien a répondu que l’ATP était, quoiqu’il en soit, corrompue. Même après une victoire, Nick Kyrgios a trouvé le moyen de faire parler de lui. Après sa victoire sur l’Américain Steve Johnson en trois sets (6-3, 7-6, 6-4) lors du premier tour de l’US Open, l’Australien a été interrogé sur l’amende de 113 000 dollars reçue en raison de son comportement lors du deuxième tour du Masters 1000 Cincinnati face à Karen Khachanov. Durant cette rencontre, Kyrgios avait cassé ses raquettes et insulté l’arbitre à plusieurs reprises avant de cracher vers sa direction. Une amende qui ne l’a pas affecté, loin de là. «L’ATP est quand même pas mal corrompue, donc ça ne me dérange pas du tout», a-t-il répondu sur le sujet. Puis de monter légèrement en pression. «Pourquoi parlons-nous de quelque chose qui s’est passé il y a trois semaines, alors que je viens de gagner mon premier tour à l’US Open ?», a enchaîné Kyrgios, désabusé. «N’avez-vous jamais proféré des jurons devant quelqu’un ?», a continué l’Australien vers le journaliste en question. «Vous n’êtes pas un sportif professionnel. Qu’on soit frustré, ça arrive», a-t-il conclu.