Le Masters 1000 de Miami a entraîné quelques changements d’importance au classement mondial, mais Novak Djokovic, qui n’a pas pu jouer aux Etats-Unis, reste numéro 1 pour un rien devant Daniil Medvedev. Roger Federer n’est plus dans le Top 40, une première depuis l’an 2000. Les finalistes floridiens Casper Ruud et Carlos Alcaraz progressent, tandis que Nick Kyrgios retrouve le Top 100.

RUUD GRAPILLE, NORRIE PASSE UN CAP
Les absents ont toujours tort, dit le proverbe. S’il se vérifie dans bien des cas, il ne s’applique pas vraiment à Novak Djokovic. Privé de tournée nord-américaine à cause de son statut de non vacciné, le Serbe pouvait s’attendre à voir Daniil Medvedev prendre le large. Et pourtant, malgré une absence d’un mois, il conserve les rênes du classement ATP devant le Russe pour 10 minuscules points. L’avantage est certes négligeable, mais son dauphin qui n’a pu faire mieux qu’un 3e tour à Indian Wells, suivi d’un quart de finale à Miami, a clairement raté le coche. D’autant que victime d’une hernie inguinale, Medvedev va manquer une bonne partie du printemps sur terre battue (voire davantage). Avant de passer sur ocre, trois changements d’importance sont à signaler parmi les 10 premiers. D’abord, Alexander Zverev (3e) repasse devant Rafael Nadal (4e) pour 80 unités grâce à son quart en Floride. Finaliste, Casper Ruud double, lui, Andrey Rublev – éliminé d’entrée et qui perd le bénéfice de sa demie de l’an dernier – à la 7e place pour… 5 points. Enfin, Cameron Norrie (10e) atteint aussi son meilleur classement et intègre cette élite, profitant des points perdus par Hubert Hurkacz et Jannik Sinner.

TOUJOURS AUSSI PRESSÉ, ALCARAZ LORGNE LE TOP 10
Le Polonais et l’Italien, justement, qui s’étaient affrontés en finale à Miami l’an passé, ont limité les dégâts, défendant une partie de leur capital avec respectivement une demie et un quart. Mais ils glissent tout de même légèrement à la 14e place pour Hurkacz, et à la 12e pour Sinner. Tous deux sont ainsi doublés par l’homme de la semaine, voire de la tournée américaine, Carlos Alcaraz. Grâce à son premier titre en Masters 1000 avant même ses 19 ans, l’Espagnol gagne cinq rangs, affichant désormais le matricule 11… à 29 points du Top 10. A ce rythme, il devrait rapidement y faire son entrée. Car à la Race (classement depuis le 1er janvier), son bilan est encore bien plus impressionnant. A l’issue de ce premier trimestre 2022, il a marqué plus de points que tous les autres joueurs du circuit à l’exception de son idole Rafael Nadal qui l’a d’ailleurs difficilement battu en demi-finale à Indian Wells. Alcaraz pourrait combler une partie de son retard dès le Masters 1000 de Monte-Carlo où le Majorquin ne se présentera pas à cause d’une côte fêlée.

FEDERER QUITTE LES 40 PREMIERS, CERUNDOLO BONDIT
Absent à cause de son genou droit depuis huit mois et un quart de finale à Wimbledon, Roger Federer continue de reculer dans la hiérarchie, doucement mais sûrement. Le Suisse, qui avait conservé la moitié des points de son titre à Miami en 2019 (500) grâce au dégel progressif du classement l’an dernier, les abandonne. Il glisse par conséquent de 18 rangs et est désormais 44e. Il n’avait plus pointé aussi bas depuis le 5 juin 2000 (54e à l’époque). Miomir Kecmanovic, encore brillant quart-de-finaliste la semaine dernière, fait partie de ceux qui lui grillent la politesse (38e, +10 places). Par ailleurs, Francisco Cerundolo récolte les fruits de son incroyable parcours à Miami (demi-finale). Non seulement l’Argentin retrouve le Top 100, mais il flirte même désormais avec le Top 50 (51e). Celui qui n’avait jamais gagné le moindre match sur dur sur le circuit ATP avant le tournoi floridien enregistre la progression la plus impressionnante de la semaine parmi les 100 premiers avec 52 places gagnées.

DE RETOUR DANS LES 100, KYRGIOS POURSUIT SA REMONTÉE
S’il progresse moins vite que Cerundolo, Kyrgios n’aura pas fait le voyage aux Etats-Unis pour rien. Les deux invitations obtenues par l’Australien lui ont permis d’enchaîner un quart en Californie et un huitième en Floride. Résultat : de 132e mondial début mars, il remonte à la 94e place début avril. Sans une nervosité débordante, il aurait sans doute pu espérer encore mieux, mais le revoilà provisoirement éligible aux grands tableaux des Majeurs sans wild-card. Il suit d’ailleurs de près son compère de double et compatriote Thanasi Kokkinakis qui s’établit lui au 85e rang, fort bien entouré entre Andy Murray (84e) et Richard Gasquet (86e). n