Les organisateurs du tournoi ont annoncé l’ouverture d’une une enquête après les insultes racistes dont Nick Kyrgios s’était plaint lors de sa défaite en demi-finale samedi contre l’Écossais Andy Murray. L’Australien, très remonté, avait perdu son sang froid durant la rencontre, s’en prenant notamment à un groupe de spectateurs.
L’affaire n’en restera pas là. Nick Kyrgios a signalé des insultes racistes à son encontre lors de sa défaite samedi en demi-finale contre Andy Murray à Stuttgart, et les organisateurs du tournoi ont annoncé dimanche l’ouverture d’une enquête sur cet incident. « Nous avons exprimé nos regrets à Nick Kyrgios et à son équipe pour ce qui s’est passé et lui avons assuré que nous n’acceptons pas un tel comportement, ont-ils indiqué. L’incident fait actuellement l’objet d’une enquête et aucune expression discriminatoire de la part des spectateurs ne sera acceptée ».
À l’issue de sa défaite (7-6, 6-2) contre Murray samedi, Kyrgios avait publié une message sur son compte Instagram pour déplorer le comportement d’une partie des spectateurs. « Quand cela va-t-il s’arrêter ? Devoir gérer les insultes racistes de la foule ?, a écrit l’Australien, classé 78e à l’ATP. Je sais que mon comportement n’est pas toujours le meilleur, mais ‘petit mouton noir’ ‘tais-toi et joue’ – ces petits commentaires ne sont pas acceptables ».
Durant cette rencontre, l’enfant terrible du tennis australien avait perdu son sang-froid: il a été pénalisé par l’arbitre de chaise d’un point, puis d’un jeu pour conduite antisportive au début du deuxième set, après avoir brisé une raquette et un échange houleux avec un groupe de spectateurs. Kyrgios doit participer à partir de lundi au tournoi ATP 500 de Halle, toujours en Allemagne.