Malmené par Karen Khachanov au troisième tour du tournoi américain, Rafael Nadal s’est sorti de cette situation grâce à un mental en acier. Mais le genou de l’Espagnol inquiète. Strappé deux fois au cours du match, il a semblé le gêner dans ses appuis. Toutefois, le numéro un mondial se veut rassurant.

Un genou qui grince et une qualification pour les huitièmes de finale de l’US Open, c’est le bilan de la nuit pour Rafael Nadal. L’Espagnol a été bousculé par un très bon Karen Khachanov, qui a servi pour mener deux sets à rien avant de se faire rattraper puis dépasser au terme d’un combat de plus de quatre heures. Durant ce match, le numéro un mondial n’a pas semblé au mieux, notamment sur ses appuis en coup droit. La faute à un genou droit récalcitrant qu’il s’est fait bander à deux reprises, la première à la fin du premier set.

«J’ai ressenti quelque chose»

Souvent gêné par des blessures au genou dans sa carrière, Rafael Nadal se veut pourtant rassurant concernant son état physique, tout en restant évasif : «J’ai ressenti quelque chose mais pendant les tournois, j’essaye toujours de ne pas trop parler de ce genre de choses. C’est mieux, et plus facile de parler de ça une fois que le tournoi est terminé. Mais mon sentiment, c’est que je vais à être à 100% pour mon prochain match. J’ai seulement demandé qu’ils me mettent le bandage pour être mieux tenu.» La blessure est bien réelle mais comme à son habitude, le Majorquin préfère se concentrer sur le tournoi et ne pas trop s’attarder sur l’état de son genou droit en conférence de presse.
Lors de la courte interruption du match en fin de deuxième manche à cause de la pluie, l’entraineur de Rafael Nadal, Carlos Moya, s’est exprimé à propos de l’état du genou droit du numéro un mondial : «Le genou de Rafa était douloureux mais il n’y avait pas de quoi s’inquiéter. Parfois, il le ressent plus que les autres jours mais il s’en occupe très bien, alors ce n’est pas une excuse.» Toujours très fair-play, le clan du Majorquin n’a pas voulu mettre les difficultés du jour sur le dos de sa gêne ressentie au genou droit. Un problème qui pourrait être lié à l’humidité, très présente à New-York ces derniers jours.
Avec son genou qui grince, l’autre mauvaise nouvelle pour Nadal est son temps passé sur le court Arthur-Ashe la nuit dernière. 4 heures et 23 minutes de jeu pour une bataille de quatre sets face à Karen Khachanov, pas de quoi sauvegarder de la fraicheur physique et soulager son genou droit. Mais l’Espagnol pense que ce combat peut être un tournant : «C’était physiquement et mentalement exigeant, je suis vraiment très heureux d’avoir passé ce tour et d’avoir la chance de rejouer. Ce type de match peut être pour moi une clé pour la suite.» Dès dimanche, le numéro un mondial devra revenir sur le court face à Nikoloz Basilashvili. Bandage au genou ou non, le Géorgien est prévenu, Nadal sera à 100%.n