Le segment de l’oléiculture bénéficie, ces dernières années à Chlef, d’une attention toute particulière, tant de la part des services agricoles que des arboriculteurs particuliers. Cela s’est traduit par une augmentation significative de la superficie plantée d’oliveraies et du volume de la récolte annuelle d’olives.

Ne dépassant pas 300 ha, il y a moins de dix ans, la superficie plantée d’oliviers est passée à 517 ha en 2016, selon les chiffres officiels, à la faveur des différents programmes lancés par le secteur dans les cadre des plans quinquennaux de développement.
En effet, l’année 2016 a connu une croissance fulgurante des produits oléicoles, suivant les prévisions officielles. Selon le sous-directeur de l’agriculture de la daïra de Ténès, la production d’olives a été bonne cette année puisque sur les 517 hectares plantés en oliviers nous avons collecté 1017 quintaux sur une superficie de 93,25 hectares plantés en olive de variété dite sigoise qui est très appréciée.
De même, statistiquement parlant la moyenne de production a été estimée de 12 quintaux d’olives à l’hectare, ce qui augure d’une très bonne production. Sur les 517 hectares plantés en oliviers 300 hectares de jeunes oliviers ne sont pas productifs, reste seulement 123,75 hectares à collecter ce qui va hausser la production globale aux environs de
2 373 quintaux. «Une partie sera réservée à l’olive de table et le reste à l’huile qui atteint dans la région 1 200 DA le litre alors que pour les olives de table leur prix varie entre 150 et 200 DA le kilo», conclut la même source. Le directeur des services agricoles de Chlef a appelé à une extension des superficies plantées d’oliviers afin de rendre à la région l’une de ses principales vocations. Ce qui signifie en clair que la filière a de beaux jours devant elle.