Le palmarès de la 1re édition de la manifestation «Le générique d’Or» baptisée du nom de «Chafia Boudraâ» sera dévoilé lors de la cérémonie organisée dans la soirée du 3 mai prochain, a indiqué Samira Hadj Djillani, présidente du Réseau algérien des professionnels du cinéma et de la télévision (Rapcit), lundi,lors d’une conférence de presse tenue au TNA où elle a présenté les grandes lignes de la manifestation.

Pour sa première grande sortie médiatique la présidente du Réseau algérien des professionnels du Cinéma et de la télévision, Samira Hadj Djillani, a animé, lundi passé, une conférence de presse au Théâtre national algérien pour présenter les activités du réseau qui a vu le jour le 30 septembre dernier et dont l’une des actions est la création de la manifestation «Le Générique d’Or» soutenue par l’Office national des droits d’auteurs (ONDA) et le Festival international d’Oran du film arabe. D’emblée, Samira Hadj Djillani a déclaré que le principal objectif de cette compétition «est d’arriver à exporter nos productions audiovisuelles vers l’étranger. Et que l’on sorte du cadre de simples consommateurs des productions des autres pays. » Elle ajoutera que parmi les mécanismes mis en place afin d’atteindre ce but, il y a celui de la compétition qui va inciter les professionnels à redoubler d’efforts pour réaliser des œuvres de qualité. La conférencière précisera à ce propos qu’à travers « cette compétition ‘’Générique d’or’’, notre but est de motiver les concurrents à aller encore plus vers des productions de qualité et d’un niveau international, notamment à travers l’utilisation des nouvelles technologies et aussi des scénarios plus ficelés ». Elle affirmera que «nous voulons être l’intermédiaire entre les diffuseurs et les producteurs pour aller vers de bonnes productions et nous avons les capacités de le faire. Je suis certaine que nous allons avoir des surprises avec des productions de haut niveau», a-t-elle soutenu. Samira Hadj Djillani soulignera également que la plus grande problématique tant au niveau des productions cinématographiques qu’audiovisuelles est celle de l’écriture des scénarios. D’ailleurs, cette première édition sera aussi l’occasion d’organiser une conférence, dans la matinée du 3 mai prochain au Palais de la culture Moufdi Zakaria, sur la problématique de l’écriture du scénario dans le monde arabe animé par le scénariste égyptien Nacer Abderhmane aux côtés d’autres scénaristes algériens. Le réalisateur algérien Ahmed Rachedi, président du Jury de cette 1re édition du «Générique d’Or », soulignera pour sa part  que la compétition sera l’occasion de dresser une véritable évaluation de la qualité des productions audiovisuelles algériennes selon des critères professionnels. La compétition se déroulera entre plusieurs nouvelles productions de la télévision nationale ainsi que des Chaînes privées et englobera les feuilletons télévisuels et les sitcoms. Ahmed Rachedi précisera que le jury est composé de différents professionnels algériens représentant les différents métiers, ainsi que des étrangers, à l’instar d’un célèbre réalisateur iranien. Pour ce qui est des prix qui seront décernés, lors de la soirée du 3 mai, il a cité le Grand Prix du « Le Générique d’Or », celui du meilleur scénario, de la meilleure réalisation, de la meilleure interprétation féminine et masculine, du meilleur son, du meilleur décor, de la meilleure musique et du meilleur costume.
Pour sa part, Brahim Seddiki, commissaire du Festival international d’Oran du film arabe, partenaire de cette 1re édition, a souligné que «nous sommes là pour accompagner et mettre nos moyens à la disposition de cet événement afin d’encourager et d’accompagner la créativité dans le secteur de l’audiovisuel, mais également pour soutenir les différents métiers de ce secteur qui s’entrecroisent avec celui du cinéma.»