L’opérateur de téléphonie mobile Ooredoo Algérie a un nouveau patron. Bassam Yousef Al Ibrahim. Il occupera, dès dimanche, 1er mars, le poste de directeur général adjoint de l’entreprise. Selon le communiqué officiel publié jeudi dernier, le nouveau responsable de l’entreprise de téléphonie mobile cumule une vingtaine d’années d’expérience dans le secteur des télécoms et des technologies de l’information et de la communication.

Avant son arrivée à Alger, il a occupé le poste de directeur exécutif adjoint de l’approvisionnement au sein de la maison mère, le groupe Ooredoo. En 2013, indique le communiqué, il a intégré le département «technologies» au sein du groupe. Bassam Yousef Al Ibrahim est titulaire d’un MBA obtenu à HEC Paris et d’un ingéniorat en télécommunications de l’université d’Essex, Colchester, Royaume-Uni. L’arrivée de ce nouveau patron clôt le feuilleton de crise que l’opérateur de téléphonie mobile, filiale du groupe qatari, a connu depuis la décision des autorités algériennes d’expulser son prédécesseur Nicolai Beckers dans des circonstances non encore claires. Les motifs de son départ précipité d’Algérie font, en effet, l’objet de deux récits différents. Le premier serait en relation avec sa gestion et son souhait de dégraisser un effectif qu’il jugeait pléthorique, ce qui n’aurait pas plus en haut lieu et après plainte du partenaire social au sein de l’entreprise. Le second, plus sombre, laisse entendre que l’ancien numéro 1 d’Ooredoo Algérie, venu en août après un poste de top manager en Macédoine, aurait été invité à quitter notre pays pour une affaire d’espionnage et de tentative d’atteinte à la sécurité nationale. Cependant, ni le premier ni le second n’ont été confirmés officiellement et le même passage éclair de l’émir du Qatar à Alger, le 25 février, n’a pas servi à lever le voile sur l’affaire du manager qui a déclaré aux médias que son entreprise va accompagner l’Algérie dans sa «transformation numérique». Un slogan que devrait s’approprier son successeur alors que le plan d’investissement d’Ooredoo Algérie pour la période 2020-2022 devrait avoisiner les 52 milliards de dinars dont 20 milliards en 2020. L’entreprise, qui comptait près de 13 millions d’abonnés au 3e trimestre 2019, est considérée comme le premier opérateur à assurer une couverture de toutes les wilayas du pays, notamment après le développement et l’extension de son réseau 4G.