Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a ordonné, dimanche lors de la réunion du Conseil des ministres qu’il a présidée, d’élaborer un plan pour la généralisation des stations de dessalement de l’eau de mer tout le long de la bande côtière, afin d’éviter les répercussions de la situation climatique difficile que connaît le monde, indique la Présidence de la République dans un communiqué.

Il a également donné des instructions à l’effet de “mobiliser les services de l’Intérieur, des Ressources en eau, de l’Agriculture, de l’Industrie et de l’Environnement, à grande échelle, en vue de créer un plan d’urgence visant à mettre en place une nouvelle politique permettant d’économiser l’eau à l’échelle nationale et de préserver la richesse hydrique souterraine”.

Il s’agit aussi de “relancer et mettre en service l’ensemble des projets de Stations d’épuration des eaux usées à l’arrêt au niveau des wilayas, afin de les exploiter dans l’irrigation au lieu d’utiliser les eaux souterraines”.

Relevant la nécessité de “contrôler rigoureusement les autorisations d’exploitation des eaux souterraines destinées à l’irrigation des superficies cultivées, et appliquer les peines les plus lourdes à l’encontre des auteurs de forages non autorisés”, le Président Tebboune a enjoint de “mener des études scientifiques, en urgence, pour déterminer avec précision le volume des eaux souterraines”.

Dans le même ordre d’idées, il a instruit d’activer “le rôle de la Police des eaux, en charge de contrôler les champs d’utilisation des eaux dans tous les domaines et de lutter contre le gaspillage partout dans le pays”, note la même source.

“Les efforts consentis dans les parcours de l’Enseignement supérieur et de la Formation professionnelle présagent de bons augures, ce qui permettra de rétablir la dynamique et la vitesse naturelles du développement dans notre pays”, a-t-il soutenu, recommandant de “poursuivre le développement de la qualité de la formation, à travers des partenariats avec des instituts et des universités de renommée internationale, en vue d’échanger les expertises en matière de dessalement de l’eau de mer”.

Le Président Tebboune a souligné, par la même, l’impératif pour le secteur de l’Industrie de s’adapter au progrès opéré dans ce domaine, à travers la mise en place d’un environnement industriel spécialisé de nature à développer et à exploiter ce segment pour l’ériger en fondement supplémentaire de l’économie nationale.

La nécessité de créer des startups spécialisées dans les techniques d’exploitation des eaux usées, dans le cadre de la vision de l’économie des eaux et de la sécurité hydrique, a également été mise en avant par le président de la République, lit-on encore dans le communiqué.