Le président de la République, M. Abdelmadjid Tebboune a affirmé, mardi à Alger, l’ambition de l’Algérie de doubler sa production du gaz destiné exclusivement à l’exportation.

“Nous produisons actuellement près de 102 milliards de m3 de gaz, dont la moitié est consommée localement. J’espère qu’en 2023, nous atteindrons une production de 100 mds de m3 de gaz destinée exclusivement à l’exportation”, a précisé M. Tebboune lors de sa visite au pavillon des industries pétrolières du Groupe Sonatrach, à la Foire de la production algérienne (FPA-2022).

A cette occasion, le Président Tebboune a réaffirmé que l’Algérie était un partenaire énergétique “très fiable” pour l’Europe, saluant notamment le partenariat entre l’Algérie et l’Italie. Dans ce sillage, le président directeur général (PDG) de Sonatrach, Toufik Hakkar, a fait savoir que les exportations de gaz algérien vers l’Italie avaient atteint un niveau record.

“Durant ce mois, nous avons réalisé un chiffre record de nos exportations de gaz vers l’Italie, un chiffre que nous n’avons pas enregistré depuis 2011. Nos exportations ont avoisiné les 97 millions de m3/jour vers l’Italie”, a-t-il poursuivi, soulignant que l’Algérie exporte actuellement près de 27 milliards de m3 de gaz/an vers ce pays.

Commentant ces chiffres, le Président Tebboune a indiqué que l’Algérie n’était pas opposée au fait que l’Italie devienne un hub pour la distribution du gaz (algérien) vers d’autres pays, dont l’Allemagne. Le président de la République a saisi l’occasion pour renouveler ses salutations à tous les travailleurs de Sonatrach, Naftal et Sonelgaz pour leurs efforts visant à contribuer au développement national.

S’arrêtant au pavillon du groupe des industries du phosphate, M. Tebboune a insisté sur l’importance de ces industries qui fournissent des intrants pour le secteur agricole, rappelant qu’il est strictement interdit d’exporter des matières premières minérales. Au niveau du pavillon de Saidal, le président de la République a relevé “la nécessité de réhabiliter ce groupe pour qu’il puisse jouer son véritable rôle dans l’industrie pharmaceutique en Algérie”.