L’artiste Mohamed Adjla, décédé des suites d’une longue maladie, a été inhumé mardi soir au cimetière de Tberkat (Tamanrasset), en présence de ses proches et des autorités locales. L’une des figures de la culture targuie authentique et un de ses grands passionnés, Mohamed Adjla est né en 1938 dans la commune d’idelès (Tamanrasset) et s’est fait une réputation dans la poésie en langue targuie. Des poèmes qu’il a commencé à écrire très jeune dès l’âge de 12 ans, avant de participer à diverses manifestations culturelles nationales en digne représentant de l’Ahaggar, et de fonder une association de sauvegarde du patrimoine local authentique, entre la poésie targuie et l’Imzad. Considéré comme l’un des porte-drapeaux du patrimoine immatériel de l’Ahaggar, il a grandement contribué à faire connaitre l’art targui authentique. Il été honoré par la ministre de la Culture lors de sa dernière visite à la wilaya de Tamanrasset. « La région de l’Ahaggar et l’Algérie entière perdent en Mohamed Adjla une sommité culturelle ayant eu une large contribution à la préservation de l’identité du peuple algérien », a dit à son sujet le directeur du parc culturel national de l’Ahaggar, Mahmoud Amerzagh.