Dans un communiqué, dont « Reporters » a reçu une copie, Talaie El Hourriyet critique « les critères de la campagne électorale dans le cadre de la consultation référendaire prévue le 1er novembre 2020 ». Le parti politique, agréé en septembre 2015, « note avec étonnement que seuls les partis politiques représentés par un groupe parlementaire au niveau de l’une des deux chambres du parlement, ceux ayant dix sièges entre les deux chambres du parlement, et ceux ayant des sièges au sein des Assemblées Populaires locales au niveau de vingt-cinq wilayas au moins, sont habilités à animer la campagne  électorale ». Des critères que Talaie El Hourriyet considère comme «discriminatoires » et qui, selon le parti, « perpétuent la tendance volontaire à favoriser certains partis politiques dont la légitimité et la représentativité sont décriés par le Hirak populaire pour avoir trempé dans la fraude et introduit l’argent douteux dans la sphère politique». Le communiqué se conclue par un appel de ne prendre en compte « que le critère de l’agrément des partis politiques » en mettant l’accent que celui de « la représentativité populaire ne peut valoir que lorsque les élections seront véritablement transparentes et régulières ».