«La pandémie a mis à nu l’extrême fragilité et les graves dysfonctionnements qui handicapent notre système de santé», a estimé dans un communiqué Talaie el Hourriyet.
Le parti dont le bureau politique a tenu, dimanche dernier, une réunion mensuelle ordinaire en vidéoconférence, dirigée par Abdelkader Saadi, l’actuel président par intérim, considère qu’il convient «impérativement de mettre à plat tout le système national de santé dans notre pays pour l’élever au niveau qui doit être le sien au regard notamment des moyens humains et financiers consentis et à consentir au secteur». «Il conviendra de mettre en œuvre une stratégie nationale de défense sanitaire qui privilégiera la rationalisation des potentialités humaines et le développement intégré de l’industrie pharmaceutique et celle du matériel médical, car de toute évidence notre pays demeurera exposé à d’autres risques de pandémies», ajoute le parti, rappelant qu’il n’a eu de cesse d’alerter «sur la situation catastrophique endurée par les personnels de la santé et sur l’état de délabrement des infrastructures sanitaires». Conjoncture oblige, le parti a appelé ainsi au strict respect des gestes barrières et des mesures de distanciation physique recommandées par les autorités sanitaires durant l’actuelle période de confinement. Considérant que la levée partielle du confinement sur certaines activités commerciales «doit être encadrée par les mesures préventives nécessaires» afin d’éviter «tout risque d’aggravation de la prolifération du virus, notamment par la disponibilité de masques et de moyens de désinfection, aussi bien aux commerçants qu’aux citoyens», le parti exprime son inquiétude devant «l’angoisse légitime que vivent les élèves, les étudiants et leurs parents» concernant la question de la reprise des cours, l’achèvement de l’année scolaire et la tenue des examens de fin d’année. Le parti a tenu également à appeler les autorités à prendre des mesures d’élargissement concernant «les détenus du Hirak et ceux pour délits de presse, en vue d’alléger la souffrance de leurs familles en ce mois béni». Ces mesures pourraient contribuer, ajoute le parti, «à confirmer les engagements, maintes fois réitérés au plus haut niveau de l’Etat, d’assurer à chaque Algérien le libre exercice de ses libertés constitutionnelles dont notamment la liberté d’expression».
Sur le plan économique, Talaie El Hourriyet considère que l’effondrement des prix du pétrole et «les sombres perspectives de dévalorisation des énergies fossiles» commandent une stratégie de diversification par «le lancement des réformes structurelles économiques et financières». «Il s’agit là d’une occasion unique pour se libérer de l’économie de rente par l’amorce sérieuse d’une économie de substitution», estime le parti. Talaie El Hourriyet note enfin avec regret, les répercussions de la pandémie du Covid-19 sur l’activité partisane. Une pandémie qui a contraint ce parti à différer la préparation de son premier congrès devant se tenir au cours du premier semestre 2020. n